Soutien à la grève des étudiant-e-s algérien-ne-s !

Le vendredi 22 février, à la suite d’appels anonymes sur les réseaux sociaux, des milliers d’algérien-ne-s sont descendu-e-s dans la rue. L’annonce d’un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika constitue l’affront de trop. Depuis 20 ans, ce pouvoir a vidé l’espace politique de toute opposition crédible et bafoué les libertés de chacun-e : pots de vins, coups de pression, licenciements abusifs, écoutes, filatures, procès sans fin, tentatives d’assassinats camouflées en accidents… Dorénavant et depuis plus d’un mois, alors que les manifestations étaient interdites depuis 2001, toute la société est descendue dans la rue pour revendiquer la fin de la dictature.

Les lycéen-ne-s et étudiant-e-s algérien-ne-s ont un rôle déterminant dans cette lutte. Iels étaient nombreuses et nombreux à rejoindre la manifestation du 1er mars qui rassembla des millions de personnes à travers tout le pays. Iels furent à l’origine de la manifestation du 3 mars, ultime manifestation avant le dépôt des candidatures pour la prochaine élection présidentielle. Puis, le 5 mars les étudiant-e-s prirent à nouveau la rue, déclarant la grève « jusqu’à la chute du système » dans de nombreuses universités comme à Alger, Oran, Tizi Ouzou, Béjaïa, Blida, Bouira, Sétif, Tlemcen…

Mardi 19 mars, en ce 57e anniversaire de l’indépendance, les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s étaient encore des milliers à défiler dans les différentes villes d’Algérie. Iels furent rejoint à la mi-journée par les enseignant-e-s et les employé-e-s du secteur médical.

Abdelaziz Bouteflika, l’armée et son oligarchie, doivent partir. Autoritarisme, néo-libéralisme, déni de démocratie : les lycéen-ne-s, étudiant-e-s, travailleurs-euses, chomeurs-euses, retraité-e-s, veulent aujourd’hui un renouveau de l’Algérie et la dernière annonce de la clique gouvernementale prolongeant le mandat de Bouteflika dans l’attente de trouver le remplaçant qui leur permettrait de conserver leur pouvoir ne trompe personne.

La fédération Solidaires étudiant-e-s exprime sa solidarité pleine et entière aux étudiant-e-s mobilisé-e-s et souhaite la victoire de leurs luttes contre un État autoritaire et ne répondant pas aux exigences de liberté de son peuple !