Juin 13, 2021
Par Indiscipline
121 visites


Print Friendly, PDF & Email

Au Maroc, le jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion et mili­tant des droits de l’Homme Omar Radi, har­ce­lé par les auto­ri­tés maro­caines depuis des nom­breuses années, a été arrê­té le 29 juillet 2020 après de mul­tiples convo­ca­tions anté­rieures, pour espion­nage, puis pour viol. Il est main­te­nu en déten­tion pro­vi­soire depuis dix mois, et est actuel­le­ment gra­ve­ment malade des suites d’une grève de la faim de 22 jours qu’il a démar­rée pour pro­tes­ter contre sa détention.

Sou­lai­man Raïs­sou­ni, édi­to­ria­liste et rédac­teur en chef du quo­ti­dien Akh­bar Al Yaoum, le der­nier jour­nal indé­pen­dant du pays, a éga­le­ment été la cible d’un har­cè­le­ment poli­cier et judi­ciaire notam­ment depuis sa cou­ver­ture du sou­lè­ve­ment popu­laire du Rif en 2017. Il a éga­le­ment été pla­cé en déten­tion pro­vi­soire avec une accu­sa­tion de vio­lences sexuelles. Il pour­suit une grève de la faim depuis 51 jours et sa vie est menacée.

Les accu­sa­tions à carac­tère sexuel sont désor­mais des tech­niques clas­siques pour décou­ra­ger les mani­fes­ta­tions de sou­tien envers les jour­na­listes qui défendent des posi­tions mili­tantes au Maroc.

Mais les fémi­nistes maro­caines ont rédi­gé un mani­feste contre l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion des com­bats fémi­nistes. Un appel des 120 jour­na­listes a été publié et dif­fu­sé sur le site des Édi­tions En Toutes Lettres pour ten­ter d’ob­te­nir la libé­ra­tion des deux jour­na­listes en déten­tion, dont la vie est désor­mais en dan­ger, et dénon­cer le har­cè­le­ment, la dif­fa­ma­tion, la déten­tion pro­vi­soire dont ils ont été victimes :

https://etlettres.com/appel-120-journalistes-exigent-la-liberation-de-souleiman-raissouni-et-omar-radi/

De nom­breuses orga­ni­sa­tions, comme Amnes­ty Inter­na­tio­nal, se sont asso­ciées à des appels et dénonciations :

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2021/04/morocco-journalist-targeted-by-authorities-faces-trial/

À notre tour, en tant qu’enseignant.e.s et chercheur.e.s, nous nous asso­cions à ces appels, nous sou­te­nons sans réserve ces deux jour­na­listes indé­pen­dants, mena­cés, et nous dénon­çons l’u­sage odieux des accu­sa­tions de viol des­ti­nées à salir des intel­lec­tuels dont nous saluons les com­bats et le courage.

L’ap­pel des 120 jour­na­listes reste ouvert et peut être signé en écri­vant à [email protected]

Joëlle Le Marec, pro­fes­seure, Sor­bonne Uni­ver­si­té, Direc­trice du GRIPIC

Igor Babou, pro­fes­seur, uni­ver­si­té de Paris, membre du Ladyss (UMR CNRS 7533)




Source: Indiscipline.fr