DĂ©cembre 10, 2021
Par Le Monde Libertaire
187 visites


Encore un conflit liĂ© Ă  la sous-traitance : cette fois-ci ce sont les salariĂ©-e-s du nettoyage travaillant Ă  la Gare du Nord Ă  Paris. Toujours le mĂȘme problĂšme, c’est-Ă -dire que la majoritĂ© sont des femmes issues de l’immigration n’étant pas employĂ©es directement par la SNCF mais par le sous-traitant 2Theloo Railway. Et toujours les mĂȘmes conditions de travail indignes et sous-payĂ©es, d’oĂč la grĂšve qu’elles ont entamĂ©e depuis le 6 dĂ©cembre pour faire aboutir une liste de revendications longue comme un jour sans pain, dont certaines sont simplement de rĂ©clamer les moyens matĂ©riels leur permettant de pouvoir exercer leur travail correctement.
Qu’on en juge :
– la fourniture de tenues de travail que l’employeur les oblige Ă  porter par une clause de leur contrat de travail, mais qu’il ne leur fournit pas.
– la fourniture des produits de nettoyage et le matĂ©riel nĂ©cessaire Ă  l’accomplissement de leur travail.
– Une machine Ă  laver pour nettoyer les serpilliĂšres.
– la fourniture de polaires par l’employeur en pĂ©riode de froid.
– Toujours pour les pĂ©riodes de froid, du chauffage et de l’eau chaude.
Leurs conditions actuelles ne reflĂštent pas une situation du 19Ăš siĂšcle mais bel et bien un Ă©tat de fait de 2021 !

Outre ces demandes basiques pour simplement effectuer leur tĂąches quotidiennes, suivent les revendications sociales :
– Le paiement rĂ©gulier de leur salaire versĂ© trĂšs souvent en retard et truffĂ© d’erreurs.
– La remise des fiches de paye en mĂȘme temps que le paiement de leur salaire (ben oui, c’est quand mĂȘme plus simple pour vĂ©rifier qu’elles ne se font pas arnaquer).
– Des contrats de travail Ă  temps complet.
– Une convention collective de rattachement .
– Des pauses rĂ©guliĂšres pendant l’accomplissement de leur travail.
– Une revalorisation de leurs salaires, ainsi que le paiement des heures de nuit, des dimanches et jour fĂ©riĂ©s.

Ce n’est pas la rĂ©volution, juste la demande d’ĂȘtre considĂ©rĂ©es comme des travailleuses Ă  part entiĂšre, juste vouloir ĂȘtre rĂ©tribuĂ©es normalement comme tout salariĂ©, juste conquĂ©rir leur dignitĂ©. Une rĂ©union de « conciliation Â» s’est tenue avec l’employeur (2Theloo Railway). Ce dernier comme c’était Ă  prĂ©voir a Ă©tĂ© sourd Ă  leurs demandes, et n’a rien voulu cĂ©dĂ© ; la grĂšve se poursuit donc . Vous pouvez leur tĂ©moigner votre soutien moral et financier sur place ou Ă  l’Union locale CGT des syndicats du 10Ăš arrondissement (3 rue du ChĂąteau d’eau- 4Ăš Ă©tage) . La lutte risque de durer longtemps, la SNCF et la sociĂ©tĂ© sous-traitante se renvoyant la balle comme c’est toujours le cas dans ce type de conflit. Mais comme ces derniers temps, Ă  Monoprix, dans les hĂŽtels, les grĂ©vistes ont la ferme intention de faire plier la sous-traitance et ses conditions indignes de notre siĂšcle.




Source: Monde-libertaire.fr