La sociĂ©tĂ© STN, sous traitant dans le nettoyage tertiaire et hĂŽtelier, tente d’imposer Ă  ses 4085 salariĂ©s, un Accord de Performance Collective (APC). La crise sanitaire est bien sĂ»r le prĂ©texte pour casser les acquis sociaux des salariĂ©s les plus prĂ©caires !

com_stn_oct20

L’APC, fruit des Ordonnances Macron de 2017, est un puissant cadeau pour les patrons : ceux ci peuvent soumettre aux dĂ©lĂ©guĂ©.e.s des propositions d’amĂ©nagement du temps de travail, de mobilitĂ© ou de baisse des rĂ©munĂ©ration sous la forme d’un accord d’entreprise. Si cet accord est valablement signĂ© par les reprĂ©sentant.e.s du personnel, les dispositions s’imposent aux salariĂ©.e.s qui peuvent ĂȘtre licenciĂ©s en cas de refus de son application ;

Dans les entreprises oĂč les reprĂ©sentant.e.s du personnel sont peu consciencieux sur la dĂ©fense de leurs collĂšgues, un tel accord peut avoir des consĂ©quences dramatiques.

L’APC proposĂ© par STN aux reprĂ©sentant.e.s du personnel vise Ă  la suppression du 13eme mois dont bĂ©nĂ©ficient de nombreux salariĂ©.e.s de l’entreprise. L’APC prĂ©voit mĂȘme que les parties du 13eme mois versĂ©es en juin 2020 devraient ĂȘtre restituĂ©es !

Le 13e mois n’est pas un droit pour tous, il a bien souvent Ă©tĂ© durement acquis par Ă  la mobilisation des travailleurs.euses. Alors que la pratique tend Ă  se rĂ©pandre dans le secteur hĂŽtelier, la sociĂ©tĂ© STN prĂ©texte la crise sanitaire pour tenter d’inverser la tendance.

Le patron invoque un bilan financier dans le rouge en raison de l’épidĂ©mie de Covid 19. Toutefois, la sociĂ©tĂ© refuse la dĂ©signation d’un expert comptable demandĂ© par certains dĂ©lĂ©guĂ©s et prĂ©fĂšre maintenir l’opacitĂ© sur ses comptes.

La sociĂ©tĂ© STN oublie qu’elle dispose de plusieurs aides, principalement le dispositif du chĂŽmage partiel accordĂ© pour indemniser les salariĂ©.e.s impactĂ©.e.s par la baisse d’activitĂ©. De plus, les 13eme versĂ©s notamment sur les sites hĂŽteliers sont pris en charge par les donneurs d’ordre !

MalgrĂ© tout le blabla sur la reconnaissance des « mĂ©tiers essentiels Â» aprĂšs le confinement, ce sont les « premiers de corvĂ©e Â» qui payent les consĂ©quences sociales de la crise !

Dans le nettoyage, le 13e mois constitue une part considĂ©rable des revenus annuels et une suppression brutale comme chez STN va plonger encore plus les salariĂ©.e.s dans la prĂ©caritĂ©. Ce n’est pas acceptable !

Actuellement, cet accord a Ă©tĂ© seulement signĂ© par la CGT PROPRETÉ, « syndicat maison Â» dans l’entreprise, dont les pratiques se sont souvent rĂ©vĂ©lĂ©es douteuses. Les deux autres organisations syndicales reprĂ©sentatives n’ont pour l’instant pas acceptĂ© l’accord.

La CNT SolidaritĂ© OuvriĂšre, bien que non reprĂ©sentative chez STN, a menĂ© de nombreuses luttes victorieuses avec ses adhĂ©rent.e.s, salariĂ©.e.s de STN, pour gagner ce 13e mois. Nous ne laisserons pas passer un tel accord s’il venait Ă  ĂȘtre signĂ© par les autres organisations, et prĂ©parons dĂšs aujourd’hui des actions de lutte sur le terrain.


Article publié le 08 Oct 2020 sur Cnt-so.org