Novembre 5, 2021
Par CQFD
325 visites

Oubliez David Copperfield, Harry Houdini ou David Blaine. Des cadors de la magie et de l’illusionnisme, certes, mais qui dĂ©finitivement ne boxent pas dans la mĂȘme catĂ©gorie que les vrais magiciens de ce monde : ceux qui, en France en tout cas, donnent le la du systĂšme mĂ©diatique, dĂ©cident ce qui fait « info Â» durable ou pas. Tu leur donnes un gigantesque scandale planĂ©taire d’évasion fiscale qui devrait faire la une pendant des mois et, quelques jours plus tard, abracadabra, qu’en reste-t-il ? Rien, nada, peanuts, wallou. Circulez, y a plus rien Ă  voir, le chapeau a blanchi le lapin et les vrais sujets, dĂ©sormais, ce sont la petite forme de la reine d’Angleterre et les ravages du wokisme tout-puissant. MisĂšre.

L’affaire des « Pandora Papers Â», c’est pourtant du bĂ©ton. Rendues publiques le 3 octobre dernier par une armĂ©e de 600 journalistes [1] ayant planchĂ© sur 12 millions de documents fuitĂ©s, ces rĂ©vĂ©lations montrent de quelle maniĂšre des sommes absolument dĂ©mentes, se chiffrant en milliers de milliards de dollars, Ă©chappent aux lĂ©gislations fiscales de leurs pays respectifs pour prospĂ©rer dans des comptes situĂ©s aux Ăźles CaĂŻman, aux Seychelles ou au Delaware – offshore, comme on dit, mais pas offchoure. Parmi les truands en col blanc, le roi Abdallah II de Jordanie, Tony Blair ou Dominique Strauss-Kahn, mais aussi une ribambelle d’inconnus friquĂ©s : une interminable liste de cupides illustrant la banalisation de l’évasion fiscale par le biais d’intermĂ©diaires sans scrupules – et l’insigne faiblesse des dispositifs de contrĂŽle en la matiĂšre.

Une certitude : dans le contexte social actuel, oĂč une rĂ©forme de l’assurance-chĂŽmage va encore appauvrir des centaines de milliers d’allocataires et oĂč une prime de cent boules pour acheter de l’essence est agitĂ©e comme la preuve de la gĂ©nĂ©rositĂ© du prince, il y avait lĂ  de quoi donner lĂ©gĂšrement envie de titiller les puissants de ce monde et leurs pratiques pirates systĂ©matisĂ©es. Or cet Ă©niĂšme scandale financier semble avoir fait pschiitt, un peu comme le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (Giec) au cƓur de l’étĂ©, Ă©clipsĂ© par l’arrivĂ©e de Lionel Messi au PSG. En 2021, le gros du systĂšme mĂ©diatique prĂ©fĂšre largement le foot et les clashs rĂ©acs vendeurs aux forcĂ©ment moins « sexy Â» luttes contre le rĂ©chauffement climatique ou les paradis fiscaux…

*

Faut dire, aussi, que les rĂȘnes ne sont pas tenues par n’importe qui. Ce n’est pas un scoop, les mĂ©dias mainstream sont dĂ©sormais presque tous la propriĂ©tĂ© de quelques grands capitaines d’industrie. Parmi eux, un certain Vincent BollorĂ©. AprĂšs Canal+, CNews et Europe 1, l’ultraconservateur businessman breton vient de prendre le contrĂŽle du Journal du dimanche et de Paris Match. Dangereuse situation que rĂ©sume assez efficacement Mediapart : un gigantesque groupe de presse est dĂ©sormais « entre les mains d’un milliardaire qui affiche ses sympathies avec la droite radicale [2] Â». Un patron tout-puissant pouvant « asservir Â» ses mĂ©dias « Ă  la cause exclusive de la prĂ©-campagne prĂ©sidentielle que mĂšne l’un de ses subordonnĂ©s, Éric Zemmour, qui lui-mĂȘme est devenu le nouveau porte-voix d’une extrĂȘme droite xĂ©nophobe et raciste Â».

Les droites autoritaristes ont bien compris l’importance du combat pour « l’hĂ©gĂ©monie culturelle Â» thĂ©orisĂ©e en son temps par le communiste italien Antonio Gramsci – et elles se donnent les moyens mĂ©diatiques et financiers d’y parvenir. Pour le camp d’en face, il est dĂ©sormais plus qu’urgent de trouver de nouvelles façons de rĂ©pliquer.


JPEG

- Ce texte est l’édito du numĂ©ro 203 de CQFD, en kiosque du 5 novembre au 2 dĂ©cembre 2021. Son sommaire peut se dĂ©vorer ici.

  • Ce numĂ©ro est disponible chez prĂšs de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente prĂšs de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numĂ©ros dans votre boĂźte aux lettres, vous avez la possibilitĂ© de vous abonner.



Source: Cqfd-journal.org