DĂ©cembre 19, 2018
Par Vigilances Isere Antifascisme
246 visites


StreetPress, 18 décembre 2018
Collectes de produits de première nécessité et distributions alimentaires, le Bastion Social semet en scène.Mais derrière cette vitrine, se cache un groupe néo-fasciste habitué de la castagne et des tribunaux qui a ouvert des bars militants dans 6 villes de France.
Champs-Elysées, Paris – Au milieu des badauds en gilet jaune, ce samedi 1er décembre, se forme un cortège de plusieurs dizaines de miliants d’extrême-droite. Au  pied de l’Arc de Triomphe, ils prennent la pause derrière une banderole :
“Le peuple aux abois, tuons le bourgeois”
 

 

La fine équipe regroupe des hooligans venus de Nancy, une poignée de nationalistes autonomes, mais surtout des anciens du Groupe Union Défense (GUD, groupuscule néo-fasciste violent) aujourd’hui affiliés aux Zouaves et au Bastion Social. Après l…




Source: