Juin 16, 2022
Par Basse Chaine
192 visites

Nouvel article paru sur le blog du RAAF (Réseau Angevin Antifasciste) :

« L’an dernier, nous avions publié un article sur “SOS Calvaires”. Nous avions alors démontré que, derrière un discours de passionné-e-s désintéressé-e-s qui volent au secours du petit patrimoine religieux, nous sommes en présence d’une association d’extrême-droite catho-tradi. Nous vous proposons un nouvel article à ce sujet qui, nous l’espérons, permettra d’en finir avec la confusion qui a profité à cette association

jusque là. »

L’an dernier, nous avons publié un article sur la genèse de SOS Calvaires (SosCa). Nous avons alors démontré que, derrière un discours de passionné.e.s désintéressé.e.s qui volent au secours du petit patrimoine religieux, nous sommes en présence d’une association d’extrême-droite catho-tradi. Notre article se conclut sur les « velléités d’élargissement du champ d’intervention de l‘association vers la consolidation d’un lobby de défense des édifices et bâtiments religieux ». SosCa a avancé dans cette voie. Cela mérite qu’on y revienne afin que la naïveté ne puisse plus servir de prétexte à leur servir la soupe. La confusion profite encore trop souvent à SosCa, en particulier lorsqu’il s’agit de journalistes ou d’élu.e.s.

Catalogue des supplices

Le site de SosCa s’est étoffé. Il propose désormais un catalogue des croix disponibles à la vente et fabriquées par leur salarié dans l’atelier du Lion d’Angers. Parcourir ces pages permet de relativiser le caractère charitable de l’association tant il ressemble à celui d’un commerce en ligne quelconque. Tout y est dûment tarifé : de la croix monumentale jusqu’aux accessoires en zinc, en passant par le christ en époxy à 520€ TTC. Le site comprend aussi une petite librairie religieuse en ligne. Parcourir ce fourre-tout donne l’impression d’assister à l’émergence d’une petite entreprise identitaire se développant sur un fond de commerce catho-tradi qui sent la naphtaline. Il procure aussi des moments de franche rigolade, par exemple on y apprend que le modèle de « croix Saint Jean-Baptiste » « a été nommée ainsi en témoignage de reconnaissance envers Baptiste Marchais (ndr : le youtubeur faf) qui planta ce modèle avec nous et contribua grandement par sa présence à faire connaître S.O.S Calvaires ». La charité chrétienne aurait pu leur faire éviter de rendre hommage à un nationaliste qui dit se préparer à la guerre civile. Mais chez SosCa, on a les héros qu’on mérite.




Source: Basse-chaine.info