Mai 10, 2021
Par Le Poing
151 visites


Le Poing a jugé utile et nécessaire de donner des informations sur la situation de nettoyage ethnique en cours à Jérusalem Est. Cette situation persiste en s’aggravant depuis 1967 et nos informations sont en lien direct avec ce qui se passe en ce moment à Jérusalem et dont les médias traditionnels ne retransmettent ni l’essentiel ni le détail !

Jérusalem est sous occupation militaire depuis 54 ans, son annexion par Israël est condamnée par toutes les instances internationales, et c’est un plan de colonisation, de dépossession et de nettoyage ethnique qui est à l’œuvre.

En 2020 la population du tout Jérusalem c’est 920 K habitants, dont 560 K juifs et 360 K arabes Jérusalem-Est (annexée en 1967) : 500 K, dont 220 K colons juifs et 280 K arabes : 48 % sont des réfugiés de Jérusalem-Ouest en 1948. 70.000 ont été déplacés après 67,  et 16.000 entre 2006 et 2012.
La situation est  cruciale aujourd’hui à  Sheikh Jarrah un quartier de Jérusalem Est.

Une nouvelle audience à la Cour Suprême Israélienne prévue le 10 Mai a été reportée suite aux violences en cours à Jérusalem.
L’automne dernier, les tribunaux israéliens ont décidé d’expulser plusieurs familles palestiniennes de leurs maisons de Sheikh Jarrah, la poursuite d’une prise de contrôle dévastatrice et violente par les colons israéliens, soutenus par la police et le système judiciaire israéliens.
En début de semaine, la Cour suprême israélienne a reporté sa décision sur les expulsions au 6 mai, demandant aux habitants de “trouver un accord” avec les colons qui tentent de s’emparer de leurs maisons. “L’accord” suggéré – reposant sur le fait que les Palestiniens renoncent à la propriété de leurs maisons au profit des colons – a, bien entendu, été refusé par les familles qui vivent à Sheikh Jarrah depuis des décennies.
Hier, les tribunaux ont une nouvelle fois reporté l’audience au 10 mai.
Comme le souligne souvent Mohammed El Kurd, habitant de Sheikh Jarrah, animateur du mouvement de la jeunesse et protagoniste du film “My Neighbourhood”, bien que de longues “procédures juridiques” soient en cours, ce qui se passe à Sheikh Jarrah est une opération politique et stratégique. En outre, “l’allongement de la procédure judiciaire est une pratique courante pour émousser la résistance populaire” aux politiques expansionnistes d’Israël.

Mais la résistance de la communauté ne s’est pas émoussée. Les jeunes de Sheikh Jarrah ont organisé des veillées nocturnes pour manifester contre les expulsions, faire connaître leur combat et sauver le quartier. Les protestations non violentes de la communauté se sont heurtées à la force
brutale de la police israélienne, qui a violemment pris d’assaut les maisons palestiniennes, aspergé les manifestants de mouffette (liquide putride), Les unités à cheval ont attaqué les résidents et les manifestants à coups de matraques et arrêté les jeunes. Pendant ce temps, les colons israéliens
continuent d’être soutenus par la police et des représentants du gouvernement, notamment un député du parti d’extrême droite Kahaniste qui a temporairement installé un bureau de fortune dans le
quartier et le maire adjoint de Jérusalem qui a encouragé la violence contre les Palestiniens.

Les jours à venir à Sheikh Jarrah sont cruciaux. La campagne de la communauté a pris de l’ampleur avec une couverture médiatique qui commence à prendre de la vitesse et de nombreux dirigeants politiques américains qui ont exprimé leur soutien, notamment : Cori Bush, Rashida Tlaib, Chuy Garcia, Debbie Dingle, Marie Newman, Ilhan Omar et Mark Pocan, entre autres. Les représentants Newman et Pocan sont également à la tête d’une initiative visant à inciter l’administration Biden à s’opposer aux expulsions et une pétition populaire a également été largement diffusée. Pourtant, la majorité des organes de presse internationaux est restée silencieuse, et les États-Unis n’ont toujours pas pris de mesures concrètes qui pourraient contribuer à faire pression sur les autorités
israéliennes pour qu’elles mettent fin au déplacement forcé des familles palestiniennes de Jérusalem-Est .

Pour de plus amples informations on pourra lire cet article, ou bien consulter ce site.

La situation des Palestinien(ne)s de Jérusalem -Est c’est : 30.000 personnes privées du droit de résidence en 67 et 15.000 depuis 67, de fortes restrictions du regroupement familial, 12.000 enfants sans état civil, de fortes restrictions des services publics et des budgets, 1/3 des terres Palestiniennes expropriées, 13 % seulement pour de l’habitat Palestinien, 22.000 maisons sans permis ce qui se traduit par 90.000 personnes menacées,  200 maisons détruites par an, la construction du mur qui vole des terres et isole de 80 à 160 K Palestinien(ne)s, 78% sous le seuil de pauvreté, de nombreux checkpoints, l’interdiction des visites de 4M de Palestinien(ne)s et d’accès aux lieux saints…..

A le lire et à l’écrire on a envie de hurler, n’en jetez plus !

Tout récemment et pendant le Ramadan le vendredi 7 Mai à la Mosquée Al-Aqsa, les forces israéliennes d’occupation attaquent les fidèles palestiniens, faisant près de 200 blessés. La répression violente sans précédent sur l’un des sites les plus sacrés de l’islam pendant le Ramadan a suscité une forte condamnation internationale. 

Un rapport d’ Human Rights Watch qui vient de sortir se demande si les persécutions contre les Palestinien(ne)s sont une radicalisation de la société israélienne ?

Encore ce matin du 10 mai 2021, une violente attaque des forces de police israéliennes contre la population civile a fait d’après le Croissant Rouge plus de 180 blessés, en plein Ramadan.

Tous les ingrédients sont aujourd’hui réunis pour un cocktail explosif.

Alors si notre gouvernement continue de soutenir ouvertement l’ Etat d’Israël de nombreux rassemblements sont organisés par BDS et le mouvement de solidarité à La Palestine dans plusieurs villes de France – Toulouse/ Strasbourg/ Paris/ Marseille/ Saint Etienne/ Nîmes….pour être solidaires de la résistance du Peuple Palestinien et rappeler  que l’occupation, la colonisation, l’annexion et le blocus de Gaza sont des crimes de guerre.

Stop à l’agression israélienne contre les Palestiniens de Jérusalem ! Stop au nettoyage ethnique et à la dépossession !




Source: Lepoing.net