Le Collectif Transgenre Toulousain (CTT) appelle à la solidarité pour ce confinement. Manu se permet de nous reconfiner, mais laisse les personnes vulnérables dans la merde et se torche avec leur dignité.

Pendant que le petit chef reste au chaud dans l’Élysée, des trans, des putes, et des sans-papier meurent de froid et de faim dans nos rues. Des squats se sont fait vidés une semaine avant la trève hivernale et des femmes restent enfermées avec des hommes qui les battent, qui les violent, et qui les tuent.

Alors nous au CTT on décide de riposter. On se torche avec ces règles de confinement pitoyables et ces beaux discours d’aides de l’État, et on s’entraide plutôt que de se laisser crever à petit feu sous un confinement totalement discriminatoire qui sacrifie les plus démuni.e.s pour leur économie. On refuse de sacrifier qui que ce soit pour leur économie qui ne bénéficie qu’aux hommes cisgenres hétérosexuels blancs riches ! On prêche l’intersectionalité des luttes dans notre collectif et on refuse de rester immobiles alors que notre cher Manu depuis son petit trône nous impose de se laisser crever.

Parmi les personnes les plus vulnérables lors de ce reconfinement sont les personnes transgenres, les travailleur.euse.s du sexe, les sans-papier, et les personnes victimes de violences conjugales. Le CTT invite donc à se mobiliser dans une solidarité intersectionelle, pour la durée du confinement, tout groupe militant transgenre, de TDS, de sans-papiers, ou luttant contre les violences conjugales.

Si vous êtres membres de tels groupes, et que vous être intéressé.e.s pour s’unir le temps du confinement, contactez-nous, et organisons nous, pour qu’on ne laisse pas en crever un.e de plus. En temps normal, notre collectif distribue des dons (vêtements, nourriture, produits menstruels et hygièniques, etc.) aux personnes trans dans le besoins. Nous avons également des précédents d’intersectionalité, notre collectif ayant déjà aidé des femmes cis à la rue victimes de viols. Une mise en commun de nos dons et de nos distributions pourra être envisagée.

Crève l’État, crève le confinement, mais on se laissera pas crever nous ! On restera uni.e.s et si l’État veut pas nous aider on s’aidera nous mêmes ! On a pas besoins de leur permission pour vivre, à ces raclures qui violent des trans, tuent des putes, torturent des sans-papiers, et se torchent avec les plaintes des femmes !


Si vous voulez rejoindre le CTT ou si vous voulez contribuer à cette solidarité pendant le confinement, contactez-nous :

Mail : [email protected]

Insta : @collectif_trans_toulouse

Facebook : @CollectifTransToulouse

Twitter : @CollectifTrans1




Source: Iaata.info