Traduction de la déclaration de Silvia et Anna sur le début d’une grève de la faim dans la prison de l’Aquila (et quelques mises à jour).

Article original paru en italien le 29 Mai 2019 sur nobordersard.

Aujourd’hui au tribunal de Turin a eu lieu la première audience pour l’occupation du Corso Giulio 45. Derrière un écran était aussi présente Silvia, en vidéoconférence, qui a communiqué le début pour elle et Anna, détenues à l’Aquila, d’une grève de la faim. Cette lutte a pour objectif de contester les conditions soi-disant équitables de la section 41 bis et de demander la fermeture de cette section dans laquelle elles sont détenues. Elles ont besoin de toute notre force. Le rassemblement devant le tribunal continue pendant ce temps.

Voici le texte du communiqué lu dans la salle :

« Nous sommes depuis presque deux mois enfermées dans la section féminine AS2 de l’Aquila, dont les conditions de détention, fruit d’une règlement à l’odeur du 41 bis adouci, ont déjà fait l’objet de remarques, ici et dehors.

Nous sommes convaincues qu’aucune amélioration ne peut et ne doit être requise, pas seulement pour des questions objectives et structurelles de la section jaune (ex-41 bis) : la prison entière est quasi exclusivement destinée au régime 41bis, c’est pourquoi élargir un peu les mailles du règlement de section nous paraît de mauvais goût et impossible à mettre en pratique, étant donné les conditions encore plus lourdes subies à quelques pas d’ici, nous ne pouvons pas ne pas penser à combien de personnes se battent depuis des années en accumulant les rapports et procédures pénales.

À cela s’ajoute la maladroite tentative du DAP (Département de l’administration pénitentiaire) d’équilibrer les comptes en instituant une section mixte anarcho-islamiste, qui s’est concrétisée plus tard dans une interdiction de rencontre au sein même de la section, avec un isolement qui perdure.

Il existe des conditions d’incacération, communes ou spéciales, encore pires que celles de l’Aquila. Cela n’est pas une raison pour ne pas s’opposer à ce qu’on nous impose ici.

Nous ne mangerons plus de ce pain-là : le 29 mai nous commençons une grève de la faim demandant notre transfert de cette prison et la fermeture de cette section infâme »

Silvia et Anna

Mises à jour :

Stecco et Alfredo détenus à Ferrara, Ghespe et Giovanni dans la prison de Solliciano, Marco détenu à Alessandria et Leonardo depuis la prison de Lucca ont commencé une grève de la faim en solidarité avec Anna et Silvia. Pour leur transfert, pour la fermeture de la section AS2 de l’Aquila.


« CONTRE LES COURANTS CONTRAIRES »

Traduction de l’article publié sur Macerie le 10 Juin 2019 sur la grève de la faim lancée par Silvia et Anna, des camarades emprisonnées en Italie, et plus généralement sur la répression des militant.es anarchistes et antifascistes par le gouvernement italien ces dernières années.

Article original en italien sur autistici.

Treize jours ont passé depuis l’annonce du début de la grève de la faim de Silvia et Anna, pas mal de choses se sont passées. Chacun.e à sa propre manière, d’autres camarades détenu.es ont rejoint le jeûne protestataire et la majeure partie d’entre elleux continuent aux côtés de Silvia et Anna.

Dans la prison de l’Aquila, les filles ont été convoquées par l’inspectrice qui leur a vivement conseillé d’arrêter la grève de la faim, parce que cela affecterait leur santé. Cette tentative de persuasion a renforcé la tenacité et la détermination de continuer. L’administration carcérale s’est également opposée nettement à la demande de Silvia et Anna de bénéficier de l’heure de sociabilité lors du repas, malgré le jeûne.

Dehors, les messages de solidarité continuent d’apparaître jour après jour. La journée de vendredi a été ponctuée de rassemblements devant les bureaux du Département de l’Administration Pénitentiaire à travers l’Italie, rassemblements qui ont eu le mérite de dénoncer les responsables de l’organisation de la souffrance des détenu.es.

À Bologne, un groupe de camarades a interrompu le silence de la bibliothèque « Sala Borsa » où était installée une exposition du concours Ri#Belle au sujet des femmes et prisons. Les jours précédents, d’autres interventions ont fait passer des messages nécessaires, il y a eu des tags et dégradations sur les agences des compagnies de téléphonie qui ont mis au point le système de vidéoconférence qui « fait participer » les détenu.es à leur procès, à Trento a eu lieu un blocage routier faisant face à ces temps obscurs lors desquels on risque d’être accusé.e pour avoir jeté un papier à terre. Ont été pris pour cible ceux qui font entrer le travail dans les murs de la prison en payant trois fois rien les détenu.es, en les différenciant et en les mettant en concurrence les un.es contre les autres.

L’enjeu de cette bataille n’est pas seulement la situation contingente dans laquelle Anna et Silvia sont enfermées. Depuis le début de l’année les opérations judiciaires, pour une raison ou une autre, construites en mangeant des codes pénaux, en regardant la mauvaise flicaille et en chiant des enquêtes aux accusations vertigineuses et aux preuves timides, se sont succédées sans interruption, sans laisser reprendre son souffle. Avec les accusations utilisées par les procureurs et les juges, le DAP (Département de l’administration péninentiaire) s’efforcera de respecter ce type d’incarcération créé pour éliminer un quelconque danger de révolte, pour éviter une quelconque contagion par le savoir et la volonté par les souterrains de ce monde et celleux qui luttent pour détruire les systèmes autoritaires et de souffrance présents, quelconque complicité entre celleux qui ont envie et besoin de liberté, de lutter, de s’évader.

La recherche constante d’un magma dans lequel se plonger, où chercher compagnie et complicité pour affronter ces temps sombres et les problèmes quotidiens qui nous tenaillent, dans lequel lancer des stimulants pour essayer de rencontrer celleux qui ressentent la nécessité de se secouer, a caractérisé la majeure partie des parcours de lutte entrepris ces années à Turin. Un chemin entre celleux qui ont réussi à rassembler des indices pour sonder et mieux comprendre le monde, lié à la solidarité et dans les essais, parfois presque désespéré.e et d’autres fois émancipé.e, de flotter dans les tumultes.

Un ou une camarade qui pourrait se reconnaîte dans cette tension, c’est probablement là, au milieu, qu’ille devrait justement se trouver : dans la pagaille des détenu.es commun.es, où prennent souvent vie des épisodes de révolte improvisée (et les dernières années en Italie montrent un scénario tout autre que pacifié), où les détenu.es deviennent d’un coup une menace réelle pour la cage et les matons qui les enferment.

La population détenue depuis les années 1990 a vu gonfler ses chiffres et sa densité, pas tant en raison de l’augmentation des délits commis dehors, qu’à cause d’un ensemble de lois qui ont forgé et introduit de nouveaux délits, aggravé les peines et ôté la possibilité d’accéder à des mesures alternatives aux récidivistes et insolvables. L’incarcération toujours plus fréquente de celleux qui luttent dehors, ou sont identifié.es comme des ennemi.es de l’État va de pair avec la persécution des plus pauvres. La réclusion différenciée et ses mille facettes frappent tout le monde, en annihilissant la force qui pourrait s’exprimer pour améliorer les conditions de vie à l’intérieur.

À partir du moment où seules la misère et la terreur sont prodiguées, et que tant ont besoin de relever la tête pour ne pas suffoquer, ce que nous retenons de cet enjeu est l’urgence de s’accrocher aux instruments de lutte et de ne pas reculer.

Ne laissez pas vos corps être mis sous paraffine, éteignez les incendies qui à coup de lance-flammes visent à faire terre brûlée autour de celleux qui s’exposent le plus, ne renoncez pas à utiliser les outils toujours d’avantage pénalisés et criminalisés.

À lire, un pdf sur les conditions de vie de la section AS2 dans la prison de l’Aquila :




Article publié le 14 Juin 2019 sur Paris-luttes.info