Mai 31, 2016
Par Rebellyon
258 visites


Débat le vendredi 3 juin 2016 à 18h30 avec un militant anticapitaliste du Maroc

Alors qu’en France nous sommes plongé.es dans la lutte contre la loi de travail, les conditions d’une nouvelle vague de contestation populaire commence à se profiler à nouveau au Maroc. De nombreuses mobilisations sociales touchant toutes les couches de la population se développent contre les effets de l’austérité, la prédation et la remise en cause des rares acquis sociaux. La victoire des enseignant.es-stagiaires – auto-organisé et bénéficiant d’un fort appui populaire, après celle des médecins stagiaires – montrent qu’une lutte déterminée peut payer, même lorsqu’elles sont souvent réprimées. Le pouvoir en place qui a le soutien de l’État français agit en toute impunité pour satisfaire les intérêts des multinationales. Il y a donc la nécessité de faire converger nos luttes. Ce n’est pas un hasard si de nombreuses actions ont eu lieu au Maroc en réponse à l’appel d’une journée internationale impulsée par nuit debout le 15 Mai.

Pour contribuer à développer la solidarité internationaliste auprès des révolutionnaires du Maroc, l’association Table Rase invite un militant anticapitaliste de tahadi ( Émancipation démocratique ) le vendredi 3 juin 2016 à 18h30 au Jusqu’ici -169 grande rue de la Guillotière à Lyon 7ème (métro Garibaldi).

Tahadi est un courant anticapitaliste qui lutte contre toutes les formes d’exploitation et d ‘oppression et considère que la lutte démocratique contre la monarchie ne peut être séparée de la lutte contre la domination des multinationales et des classes dominantes locales. Il ne s’agit pas seulement d’abolir un régime politique despotique mais l’ordre social établi fondé sur la prédation et corruption institutionnalisé, la surexploitation, les discriminations culturelles et de genre et la violence d’Etat. . Tahadi lutte pour qu’émergent des formes amples d’auto organisation et de convergences de luttes capable de transformer les rapports de forces et consolider de nouvelles pratiques de luttes émancipatrices.




Source: