Depuis le 20 mars dernier, les étudiant-e-s de l’université de Guyane sont en grève pour réclamer l’égalité des droits à l’Université et pour pouvoir étudier dans de bonnes conditions.

Ils et elles revendiquent :

• L’abandon de la hausse exorbitante des frais d’inscription à l’Université de 170 € à 2 770€ pour la licence et de 243 € à 3 550 € pour le master.

• La libre circulation de tous les jeunes scolarisés, notamment sur les barrages.

• Plus de professeurs, plus de personnels administratifs.

• Plus de salles informatiques avec des postes qui fonctionnent.

L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien à cette lutte et condamne la politique répressive du gouvernement concernant les arrestations d’étudiant.e.s et de lycéen.ne.s et exige la libération de tous les étudiant.e.s enfermé.e.s au Centre de rétention administrative.

Paris, le 25 mars 2019