Mars 15, 2022
Par Union Syndicale Solidaires
341 visites

L’union syndicale Solidaires appelle à participer massivement aux mobilisations du 19 mars, en particulier à la marche nationale à Paris, contre le racisme et les violences policières à l’appel de la Campagne Antiracisme et Solidarité (dont elle est membre) et du Réseau d’entraide Vérité et Justice.

Le racisme est un fléau dans nos sociétés qui engendre des oppressions et des discriminations dans les institutions, sur nos lieux de travail, mais aussi dans les espaces de la vie quotidienne. Toutes les formes de racisme, ancrées dans l’histoire coloniale, ont de lourdes conséquences sociales, répressives, discriminatoires au travail, dans l’accès au logement et aux services publics. Les rapports notamment de la Défenseur des droits l’attestent amplement. Nos camarades Sans Papiers en grève de DPD, Chronopost et RSI le vivent chaque jour et nous les soutiendrons jusqu’au bout dans leur lutte pour leur régularisation, un salaire et des conditions de travail décents.

Les violences policières, en particulier contre les personnes dites racisées, issues des quartiers populaires et les sans papiers se banalisent, entraînant la mort et des blessures graves, chaque année, pour des dizaines de personnes.

Dans un contexte de guerre, provoquée par l’invasion de la Russie en Ukraine, nous ne pouvons que dénoncer le tri raciste des réfugié·es qui fuient l’Ukraine. Nous participons activement à la solidarité avec les populations qui subissent la guerre et qui résistent en Ukraine, mais nous déplorons que cet élan ne soit pas aussi franc et massif lorsqu’il s’agit de la Palestine, de la Syrie ou de l’Afghanistan. A cet égard l’attitude de deux poids deux mesures du gouvernement participe du racisme systémique d’État que nous dénonçons. Nous devons accueillir dignement tou·tes les réfugié·es, d’où qu’ils et elles viennent et nous opposer à toutes les guerres car ce sont toujours les peuples qui en payent le prix.

La solidarité internationale des travailleuses et des travailleurs ne peut être à géométrie variable : elle ne doit avoir ni couleur, ni religion, ni frontières. Solidaires a dénoncé, dénonce et dénoncera, tant qu’elles se produiront, les guerres, les violences policières et le racisme, où que ce soit et se battra pour la justice et l’égalité des droits.

La guerre, le racisme et les violences qui y sont associées ne pourront pas cesser si nous ne nous attaquons pas aux racines du problème, aux systèmes de domination et d’exploitation qui portent des noms : le capitalisme, l’impérialisme et le colonialisme.

Et c’est pour cela que l’union syndicale Solidaires sera dans la rue le 19 mars pour exiger :

- l’accueil inconditionnel des réfugié-es quel que soit leur provenance, leur religion ou leur nationalité.

- la régularisation de tou·tes les sans papiers et la fermeture des centres de rétention

- la régularisation immédiate des travailleurs de DPD, RSI, Chronopost en grève

- la fin des pratiques discriminatoires et racistes : l’accès à un logement et à un emploi digne pour toutes et tous.

- l’abrogation des techniques d’immobilisation et des armes qui tuent

- la vérité et justice pour les victimes des violences policières et du racisme

- la liberté effective de circulation et d’installation des personnes

Marche nationale à Paris et des manifestations à Toulouse, Lille, Dijon Montpellier, Saint-Étienne, Poitiers, Caen, Limoges, Metz, Strasbourg…

Le communiqué en PDF




Source: Solidaires.org