248 visites


Engagée le 29 janvier 2014, la campagne unitaire « Uni-e-s contre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques » a permis, tout en lançant l’observatoire national intersyndical des municipalités tenues par l’extrême droite, d’organiser des journées d’étude dans les départements avec nos militants respectifs sur le contenu du danger que représente l’extrême droite.

illustration

Depuis mai 2015, des temps forts dans des villes gérées par des équipes municipales d’extrême droite, ont rassemblé plusieurs centaines de salariés, retraités, privés d’emploi, étudiants dans l’Hérault, en Moselle, dans le Vaucluse et le Pas de Calais ou bien encore sur Lyon.

Nos ateliers portant sur les « municipalités d’extrême droite employeur », sur les attaques de ces municipalités sur le milieu associatif et culturel, sur leur rapport à l’éducation, ou encore sur le décodage de leurs stratégies de communication… font voler les masques. Ils libèrent la parole dans des lieux ou les pressions et intimidations sont légions.

Les travailleuses et travailleurs sont concernés par la montée de l’influence de l’extrême droite et il est de notre responsabilité de décrypter le discours du FN/ RN et de le confronter à la vraie vie, observée sur les lieux de travail, dans les villes car il se révèle une véritable imposture sociale pour les droits des

salariés, la solidarité nationale, notre système de sécurité sociale ou bien le système éducatif.

Nos organisations se sont engagées donc fermement à travailler avec les salariés à des issues progressistes pour sortir du piège qui résignerait les travailleurs à choisir entre austérité, libéralisme outrancier et replis identitaires !

 Le développement des idées racistes, antisémites et sa banalisation dans certains médias, sur les réseaux sociaux, dans le monde du travail voire certaines manifestations nous sont insupportables.

La dédiabolisation tournant à la » normalisation » de l’extrême droite, leur stratégie de communication, de reprise de concepts liés aux questions écologiques ou encore des libertés ne peuvent occulter leur nature profondément fasciste.

En présence de responsables nationaux

  • Pascal Debay pour la CGT,
  • Stéphane Tassel (sous réserve) pour la FSU,
  • Frédéric Bodin pour SOLIDAIRES,
  • des responsables départementaux de la CGT, de la FSU et de Solidaires.
  • Cédric Bottero président de l’association VISA.



Source: Visa-isa.org