Avril 29, 2016
Par Zone À Défendre
166 visites


SAMEDI 30 AVRIL LES PRISONS EN QUESTION Soirée de soutien aux quatre condamné.e.s de la ZAD de Haren (infos en bas du mel) PROGRAMME :

17h : FILM “QUI A TUÉ ALI ZIRI ? ” (doc de Luc Decaster – 2015 – 91min.) Ali Ziri, un homme de 69 ans, décède le 11 juin 2009 après son interpellation par la police nationale à la suite d’un contrôle routier à Argenteuil. « Arrêt cardiaque d’un homme au coeur fragile », déclare le Procureur de Pontoise. Appuyant la famille qui vit en Algérie, un collectif d’Argenteuillais demande une contre-expertise. Deux mois plus tard l’institut médico-légal révèle 27 hématomes sur le corps d’Ali Ziri. Pendant cinq années, le cinéaste a suivi les pas de ceux qui demandent « Justice et vérité » après cette mort, ignorée des médias, mais que certains considèrent comme un lynchage digne des pires périodes de l’Histoire. Au-delà d’une affaire de justice, Luc Decaster s’est attaché à représenter ce qu’une telle affaire suscite à l’intérieur d’une ville de banlieue ordinaire.

18h30 : DÉBAT Le racisme institutionnalisé du système judiciaire et carcéral Comment et pourquoi le système coercitif criminalise les immigré.e.s et les personnes issues de l’immigration ? Depuis les politiques anti-migratoires (contrôle des frontières et des migrant.e.s, centres fermés, expulsions,…) jusqu’au racisme de l’appareil policier (contrôles au faciès, violences policières impunies, …) en passant par la réalité carcérale en la matière (sur-pénalisation et sur-incarcération des personnes issues de l’immigration). Ou encore la justice d’exception visant les binationaux.

20h : REPAS Couscous végétarien à prix libre

20h : CONCERT SOLE DORÉ (Nass El Ghiwane – musique et textes engagés du Maroc)

à AlléeduKaai (avenue du port 53 – 1000 BXL) entrée : prix libre

Organisé par CollectActif

Quatre militant.e.s condamné.e.s dans la lutte contre la maxi-prison

Le 20 mai 2015 se déroulait l’audience publique de la commission de concertation concernant le projet vivement contesté de maxi-prison à Haren. L’avis de la commission n’étant même pas contraignant, cette farce de consultation populaire ne trompe pas grand monde. Le même jour, une quinzaine de personnes décident donc d’exprimer leur opposition au projet en dehors des chemins balisés par le pouvoir et manifestent à l’intérieur de la Régie des bâtiments. La maquette de la maxi-prison exposée dans le hall d’entrée est détruite durant l’action. Suite à cette manifestation, la justice poursuit quatre militant.e.s pour “destruction de bien immobilier en bande”.

Le 19 février 2016, sur base de leur simple présence lors de la manifestation, le tribunal correctionnel a reconnu les 4 personnes coupables et les a condamnées à 10 mois de prison avec sursis et 600 euros d’amende. Ce jugement en correctionnel permet à la Régie des bâtiments de réclamer 40.000 euros de dommages et intérêts pour la destruction de la maquette. Une procédure en appel a été lancée contre cette condamnation.

Loin de freiner la lutte contre la maxi-prison, ce procès est une occasion supplémentaire de jeter quelques pavés dans le marécage carcéral et de glisser quelques sabots dans la machine répressive.

Prisons partout, Justice nulle part !

Plus d’info : La justice prise en flagrant délire Haren : 10 mois de prison pour une maquette !!?? Quelques réflexions sur la violence de l’Etat Appel à solidarité des 4 inculpé.e.s




Source: