Alors que la médiatisation de leur grève a permis à de nombreux travailleurs du réseau Biocoop de se coordonner et de s’organiser eux aussi pour de meilleures conditions de travail, la répression patronale s’exerce de plus en plus en plein jour.

Des chantages aux jours de congés, nous sommes passé aux menaces de plaintes pour diffamation pour faire taire les témoignages des grévistes, et depuis la semaine dernière, par la menace de licenciement pure et simple : Malek et Laetitia sont mis à pied pour faute grave avec entretien préalable à licenciement et Sébastien est convoqué.

Leurs crimes ? Avoir défendu les collègues et avoir pris la parole sur le piquet de grève pour dénoncer l’exploitation qui se cache derrière l’étiquette « bio », solidaire et humaine de l’entreprise.

Aujourd’hui, la direction n’a aucun problème à retirer 2 semaines de salaire à des travailleuses et travailleurs précaires.

Nous devons nous battre pour l’abandon de toutes les sanctions disciplinaires et refuser que les grévistes soient licenciés. Cette dynamique s’inscrit dans un contexte plus large de déchaînement et de répression sur le milieu syndical et la classe ouvrière mobilisée. De Pôle Emploi à Monoprix, de la RATP à la Poste, les managers du capital tentent de couper la tête aux mouvements sociaux avant qu’ils ne fassent tâche d’huile.

Contre cette stratégie du choc, c’est la création d’un front large de solidarité qui permettra aux salariés de tous les secteurs de pouvoir s’organiser librement afin de faire payer la crise aux véritables responsables.

Les travailleurs de Biocoop – LRT vous invitent à leur soirée de soutien mercredi 7 octobre à partir de 17h à La Flèche d’Or (75020) !

[Programmation à venir]

INFOS

➡️Entrée : Prix libre en soutien à la caisse de grève

➡️Lieu : La Flèche d’Or

➡️Adresse : 102 Bis rue de Bagnolet (75020)

➡️Transports : Bus 76 arrêt Pyrénées-Bagnolet, Métro 3 Porte de Bagnolet

➡️Tribune de la grève, débats, projection, concerts

➡️Distanciation physique assurée

➡️Jauge maximale : 150 personnes


Article publié le 02 Oct 2020 sur Paris-luttes.info