Pour discuter de l’offensive urbanistique en cours à la Guillotière, l’explosion des loyers, l’insalubrité de certains de nos logements, ou simplement pour se rencontrer, créer du lien entre voisins, imaginer ce que l’on pourrait faire ensemble cette année pour penser nos luttes à l’échelle du quartier, rendez-vous mardi 15 octobre à 18h, à L’Amicale.

Bienvenue à la soirée de rentrée du collectif « La Guillotière n’est pas à vendre » ce Mardi 15 Octobre dès 18h à l’Amicale du Futur, 31 rue Sebastien Gryphe, Lyon 7.

Réuni en assemblée le 7 février dernier, un collectif intitulé la « Guillotière n’est pas à vendre » s’est constitué pour tenter de faire face à l’offensive urbanistique en cours dans notre quartier depuis déjà quelques années. Face à l’explosion des loyers, l’accroissement exponentiel des chantiers dits de « rénovation urbaine » qui changent profondément notre territoire au seul bénéfice des promoteurs, la multiplication des commerces hors de prix dédiés à une clientèle qui en a les moyens, nous pensons par cette initiative permettre à un maximum de personnes, soucieuses du devenir de la Guillotière, de commencer à se rencontrer et tenter de définir ensemble des moyens pour faire face à ces bouleversements.

Dans l’esprit des assemblées de voisins et d’habitants des quartiers de Noailles ou la Plaine à Marseille, l’objectif est pour nous de créer un espace de discussion et d’échange entre habitants, en dehors des espaces de concertations imposés par la Mairie. A la différence des assemblées de « concertation » cogérées et sponsorisées par les administrateurs locaux, l’idée est moins de parler des problèmes de tapage nocturne, de crotte de chien ou de « l’insécurité », que de prendre le temps de se poser la question ensemble de comment faire coïncider la nécessité de lutter contre la vente et la destruction de notre quartier par les pouvoirs publics avec les promoteurs et la nécessité pour nous habitants de commencer à répondre collectivement à tout un tas de problèmes que l’on tente habituellement de résoudre chacun dans son coin (se nourrir/ se loger/ se défendre…).

Pour nous il est clair que la Mairie ne peut être un interlocuteur, tant qu’elle endossera à la fois, le rôle du décisionnaire, qui impose à coup de bulldozers et de hausses des loyers des choix politiques favorisant toujours les plus riches, et dans le même temps, le juge, en feignant de pouvoir organiser elle même les débats sur les oppositions aux conséquences désastreuses de ses propres choix politiques. Elle ne pourrait être à la fois tenue comme responsable de la violence des transformations en cours dans notre quartier et rester une interlocutrice avec lequel il s’agirait de négocier à quelle sauce on voudrait être mangé.

A la Guillotière, ce sont déjà plus d’une dizaine de bâtiments qui ont été démolis depuis le début de l’année sans qu’à chaque fois des solutions de relogement « dans le quartier » soient proposées à leurs habitants. En plus d’enlaidir nos rues avec leurs façades en carton pâte et leur architecture soit disant moderne, les loyers imposés augmentent immédiatement, participant de fait à une hausse générale des loyers dans tout le quartier.

A ces décisions politiques de vente quasi systématique de terrains publics aux entrepreneurs privés pour équilibrer les budgets de l’arrondissement, s’ajoutent des logiques spéculatives à Lyon et à la Guillotière qui poussent toujours plus de familles et d’habitants à être expulsés insidieusement de leurs logements, et donc du quartier, parce qu’ils ne peuvent plus assumer des loyers aussi élevés. Malgré l’existence d’un tissu associatif et culturel fort de nombreuses années d’existences, il est difficile pour les habitants touchés par ces bouleversements de se rencontrer et de s’organiser.

Comme nous le montrent les ravages des politiques publiques en matière d’urbanisme un peu partout en France (Marseille, Paris, Dijon, Grenoble…) il est clair pour nous qu’il faut arrêter de croire que les bonnes décisions viendront de ceux d’en haut, l’on pense que c’est aux habitants et aux voisins de se mobiliser pour décider de l’avenir de leurs quartier.



C’est pourquoi, le collectif « La Guillotiere n’est pas à vendre ! » sera heureux de vous accueillir à sa soirée de rentrée et de soutien, le Mardi 15 Octobre à partir de 18h, à l’Amicale, 31 Rue Sebastien Gryphe, Lyon 7, pour en débattre.

Seront proposés une petite présentation du collectif, la projection d’une enquête politique sur le syndicat de quartier de Poble Sec (collectif d’habitant s’organisant contre les expulsions locatives dans un quartier de Barcelone), ainsi qu’un repas à prix libre et de la musique pour continuer à en discuter.

En espérant pouvoir se croiser là bas, voisins, voisines, habitants historiques ou de passage c’est le moment de s’organiser.

Soirée de soutien au collectif « La guillotière n’est pas à vendre » le mardi 15 octobre
Soirée de soutien au collectif « La guillotière n’est pas à vendre » le mardi 15 octobre

Article publié le 09 Oct 2019 sur Rebellyon.info