Documentaire en deux parties, « la fin des Ottomans », ou le Moyen-Orient en éclats.

Vous ne direz plus, « je ne m’y retrouve pas dans ce siècle passé »… Ce documentaire vous permettra d’éclairer le présent, et d’avoir un regard en abîme sur le passé.

Comprendre la Turquie d’Erdogan, c’est connaître ses références, comme regarder en face ce que cette Turquie refoule au plus profond, derrière ce nationalisme en oeuvre encore au Kurdistan.

A voir donc, l’émission ou le replay…

« La participation de l’Empire des Ottomans à la Première Guerre mondiale s’inscrit dans une décennie de guerre quasi-permanente qui s’étend de 1912, début de la première guerre balkanique, à la signature en 1923 du traité de Lausanne, qui met fin à la guerre entre Mustapha Kemal et les Alliés et ouvre la voie à la construction de la République turque.

Depuis plus d’un siècle et demi, l’Empire est travaillé par des forces qui arrivent à leur paroxysme avec la Première Guerre mondiale et qui conduisent à son effondrement. Il ne survit pas au choc final de la modernité. Depuis le XVIIIe siècle, l’Empire ottoman est en déclin. Ses structures profondes ne sont pas adaptées à la dynamique de la modernité qui se construit en Occident. L’expansionnisme des puissances européennes, la diffusion simultanée des idées nationalistes et centralisatrices poussent l’Empire à une mue trop rapide, trop brutale pour ne pas entraîner sa disparition. L’Empire tentera toujours de rattraper l’Occident en subissant les conséquences de l’écart qui ne finit pas de se creuser avec les puissances européennes. L’action conjuguée des politiques des puissances européennes et des divers nationalismes minoritaires tend ainsi au délitement de l’Empire qui se replie progressivement vers une identité exclusive, musulmane puis turque, centrée sur le foyer anatolien. La volonté de rattrapage attise les projets modernistes les plus radicaux menés par une élite formée en Occident et désireuse de plaquer sur la réalité ottomane les structures apparentes des grandes nations européennes »….. à suivre