Janvier 12, 2022
Par Mondialisme.org
198 visites


La résurgence de l’antisémitisme a surpris de nombreux observateurs – de la tuerie dans la synagogue de Pittsburgh [le 27 octobre 2018], au slogan de l’alt-right* « Les Juifs ne nous remplaceront pas », en passant par les récentes controverses au sein du Parti travailliste britannique et des organisatrices de la Marche des femmes aux Etats-Unis.

Bien que l’antisémitisme croisse aux États-Unis, il était absent des discours et des activités des progressistes et de la gauche, jusqu’à une période récente. Ces événements ont réintroduit le terme dans le lexique de ces militants, mais ceux-ci ont toujours tendance à se concentrer exclusivement sur l’antisémitisme plus meurtrier de la droite et à passer sous silence les manifestations (moins mortelles) de l’antisémitisme à gauche. Cet article cherche à combler un vide politique et analytique en dévoilant cette forme « invisible » de racisme. Il remet en question certaines hypothèses courantes à gauche et propose des outils d’analyse dans une perspective émancipatrice.

La gauche entretient une relation historique longue et compliquée avec l’antisémitisme. Ce texte analyse la manière dont l’antisémitisme peut se manifester dans les critiques de la gauche contre le capitalisme ou la politique mondiale*, ce qui nous permet d’illustrer comment cet antisémitisme converge ou diverge avec l’antisémitisme de la droite. Nous présenterons des exemples récents pour illustrer les stratégies rhétoriques couramment employées afin de nier, ou minimiser, l’existence de l’antisémitisme au sein des mouvements de gauche, ou pour faire dévier les discussions sur d’autres sujets. Puisque l’antisémitisme continue de façonner le paysage politique contemporain, les mouvements d’émancipation doivent se familiariser avec ses contours spécifiques et l’aborder activement dans leur travail politique.

MOTS CLÉS : antisémitisme, mouvements de gauche, gauche traditionnelle, Nouvelle Gauche, antisionisme, Israël/Palestine, Occupy Wall Street, Marche des femmes

Sina Arnold et Blair Taylor ont publié cet article dans le Journal of Social Justice, Vol. 9, 2019

***

Blair Taylor  : docteur en science politique, il dirige les programmes de formation de l’Institute for Social Ecology (Institut d’écologie sociale). Il a publié des articles sur l’histoire de la gauche, l’anarchisme, l’écologie de droite et les théories postcoloniales.

Sina Arnold : docteure en anthropologie sociale et culturelle, elle est maître de conférences et chercheuse au Centre de recherche sur l’antisémitisme de la Technische Universität de Berlin. Ses travaux portent sur les migrations, l’antisémitisme contemporain et le racisme. Tous deux sont des militants et des éducateurs impliqués dans des mouvements sociaux de gauche pendant plus de 25 ans

PDF - 451.8 ko



Source: Mondialisme.org