Février 25, 2019
Par Union Syndicale Solidaires
186 visites


Déjà recadrée en novembre 2018 par son parti, la députée REM Agnès Thill avait été mise en garde « une dernière fois » par Gilles le Gendre et Philippe Grangeon par un courrier qui lui était adressé pour avoir évoqué un « puissant lobby LGBT à l’Assemblée Nationale ».

En janvier 2019, lors de la publication du rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la bioéthique, la députée a comparé la « souffrance des femmes seules » et qui ont un projet de parentalité en ayant recours aux techniques de PMA à des « droguées », déclarant :

« Elles souffrent, j’entends bien. Si un drogué souffre, on lui donne la drogue ? Un enfant n’est pas un médicament »

[…]




Source: