Mai 22, 2022
Par Le Monde Libertaire
82 visites

Loin du roman mal rapiĂ©cĂ© sur Simone Weil d’Adrien Bosc [note] , la nouvelle Ă©dition des RĂ©flexions sur les causes de la libertĂ© et de l’oppression sociale Ă©ditĂ©s Ă  l’origine par Albert Camus dans sa collection Espoir chez Gallimard, et republiĂ©es aujourd’hui par les Ă©ditions Libertalia se caractĂ©rise par son sĂ©rieux et sa qualitĂ©.

Pour mĂ©moire, la philosophe nĂ©e en 1909, entrĂ©e Ă  l’École normale supĂ©rieure en 1928. Proche des milieux rĂ©volutionnaires antistaliniens, elle Ă©crit alors dans La RĂ©volution prolĂ©tarienne, militant dans la FĂ©dĂ©ration unitaire de l’Enseignement. En 1934, elle quitte temporairement ses fonctions pour aller travailler en usine avant de reprendre pour des raisons de santĂ© son mĂ©tier d’enseignant.
Lors des grĂšves de mai juin 1936, elle publie plusieurs articles dans Le Libertaire puis rejoint ses compagnons pour se battre en Espagne dans le groupe internationale de la colonne Durruti. Myope, elle ne voit pas une bassine d’huile bouillante, se brĂ»le griĂšvement au pied et rentre en France.
ChoquĂ© par ce qu’elle a vu et entendu sur les violences, touchĂ©e par le mysticisme, elle s’éloigne des milieux libertaires.

En 1934, elle avait rĂ©digĂ©e une premiĂšre version qu’elle espĂ©rait faire paraĂźtre dans la revue de Boris Souvarine La critique sociale. La revue ayant cessĂ© sa parution, elle ne l’a pas publiĂ©e la retravaillant Ă  plusieurs reprises. C’est seulement aprĂšs sa mort qu’une premiĂšre version a paru. L’édition actuelle a comparĂ© les diffĂ©rents manuscrits du texte.
Le texte qu’elle considĂ©rait comme sa grande Ɠuvre est suivi d’un texte de mise en perspective rĂ©digĂ©e par Robert Chenavier, le meilleur spĂ©cialiste de l’approche philosophique de la pensĂ©e de Simone Weil. Il met en perspective dans une postface les aspects centraux de cette Ɠuvre majeure.
Simone Weil écrit ce texte alors que la catastrophe est en cours et ne va pas avoir lieu dans un avenir plus ou moins lointain. Pour tenter de la contrecarrer, elle propose de réfléchir sur des aspects de la critique sociale.
La philosophe se livre Ă  une analyse critique de la pensĂ©e marxiste qui ne distingue pas l’exploitation – le systĂšme Ă©conomique capitaliste – de l’oppression – les formes de domination – tout en conservant chez Marx des Ă©lĂ©ments de rĂ©flexions critiques comme l’analyse des rapports de forces. Il serait, nĂ©anmoins, possible de constater qu’elle ne propose pas Ă  proprement parler de rĂ©flexion comme l’aliĂ©nation individuelle et la servitude volontaire.
Mais Simone Weil ne se limite pas Ă  cette critique de la critique. Elle propose Ă©galement une rĂ©flexion sur la libertĂ© entre existante et celle Ă  conquĂ©rir. LibertĂ© qui, selon elle, ne peut s’accomplir que dans et par le travail. Il faut y voir la dimension syndicaliste rĂ©volutionnaire qui finalement a imprĂ©gnĂ© l’Ɠuvre de Simone Weil et plus tard de son premier Ă©diteur Albert Camus.

Sylvain Boulouque

Simone Weil. RĂ©flexions sur les causes de la libertĂ© et de l’oppression sociale. Libertalia 2022 7,9 € 348 p.




Source: Monde-libertaire.fr