Novembre 25, 2020
Par Cerveaux Non Disponibles
242 visites


On aura beau dire tous les trois jours que c’est de pire en pire sur tous les points et que ça va de plus en plus loin, c’était prévisible et on l’a vu venir en se sentant impuissants depuis longtemps.

Sous fond d’autoritarisme sanitaire, de racisme d’état (islamophobie, chasse aux exilés et j’en passe), de politique ultra-sécuritaire et j’en passe aussi, ce glissement idéologique assumé vers l’extrême-droite est logique : tout l’arsenal vers l’autoritarisme est désormais en place et ça empirera probablement dans les mois ou les années à venir. La république assume dorénavant les valeurs sur lesquelles elle s’est construite, maintenant c’est à visage découvert.

Bien sûr, ce futur proche aux aspects orwelliens est effrayant. Ceci-dit, rappelez vous d’un truc : depuis la fin du mouvement Nuit debout et la loi travail disons mi-2018 à nos jours, il s’est passé plein de choses, dans un ordre plus ou moins chronologique avec beaucoup d’oublis, nous avons eu :

– plusieurs victoires dans les ZAD

– le soulèvement populaire le plus violent, le plus déterminé et dans l’idée et la pratique, l’un des plus inventifs et des plus audacieux généralisé à l’échelle du pays entier depuis au moins 36

– trois jours d’émeutes spontanées et parallèle aux gjs des lycéens, certes tuées dans l’oeuf par la répression mais qui laisseront des traces plus étalées encore sur le territoire que la génération “loi travail”

– la plus longue grève depuis 1945 avec un durcissement évident des bases, qui plus est vu que la défaite est cuisante

– des dizaines de milliers de personnes contre l’islamophobie

– encore plus devant le TGI, puis à répu contre la négrophobie, le racisme d’état et les violences policières

– un monde fou à chaque marche pour le climat

– de même pour les exilés où les cortèges sont de plus en plus importants

– des manifs énormes pour le droit des femmes, contre le patriarcat et la violence qui en émane

– le fait de parler beaucoup plus des violences d’état, qu’on évoque enfin leur racisme, et qu’on médiatise enfin les collectifs de familles qui se battent pour demander justice et vérité.

– Si les révoltes de 2005 n’avaient rien de nouveau dans leur légitimité ou les actes et qu’elles continuent, elles n’ont probablement jamais été aussi ciblées à l’encontre du bras armé de l’oppresseur notamment par le mortier.

Bien sûr, ça ne suffit pas du tout, chaque lutte possède ses spécificités et tout ne peut “s’articuler” logiquement uniquement sous prétexte d’avoir les mêmes ennemis en commun si on veut des alternatives concrètes pour accompagner ces combats.

Reste que si tout s’accélère contre nous, c’est aussi le cas contre eux : ces chiens sont morts de trouille et tenteront donc toujours d’avoir un temps d’avance en régnant par la terreur. Du préfet de Paris, aux renseignements en passant par certains généraux de l’armée, tous flippent de l’évolution des mouvements sociaux en quelques années.

C’est pas pour vous donner du baume au coeur, encore moins vous rassurer vu le contexte et le rapport disproportionné face auquel on ne se résignera pas, mais bien dire que tout n’est pas perdu.

On va prendre de plus en plus cher, on manque d’organisation mais aussi cruellement d’imagination, souvent de souplesse renfermé dans nos délires “puristes”, et surtout de renouveau parce que clairement pour certains d’entre nous, on est à bout, y’a forcément l’affect qui rentre au jeu, on a trop la tête dans le guidon à force de courir partout et donc pas le temps d’avoir le moindre recul. Evidemment : la répression nous a fait beaucoup de mal et on s’en remet pas comme ça (blessures, mutilations, incarcérations, condamnations, interdictions de manifs, post-traumas..)

Ce qui est rassurant, c’est de lire beaucoup d’entre vous qui ont envie de manifester pour la première fois de leur vie, en général ça annonce des trucs cools, là c’est vraiment le moment, confinement ou pas : il n’y aura pas de retour en arrière possible et on a besoin de vous sur place plus encore que sur les réseaux.

Si on attend 2022 pour espérer changer les choses et de se calquer uniquement sur l’agenda électoral qu’on nous impose on sera encore plus déçu et se résigner à ça, c’est signer l’arrêt de mort de tout ce qui s’est construit en si peu de temps et se faire bouffer par une double candidature de la loose : Taubira/Jadot, ou même JLM…d’autant qu’ils n’ont pour le moment aucune chance et que la crise qui arrive après le covid va faire très mal, c’est notre consentement à tout accepter qui est actuellement expérimenté.

A nous de nous imposer pour être force de proposition.

Leur crasse nous donne peut être l’opportunité d’aller nous aussi encore plus loin.




Source: Cerveauxnondisponibles.net