Janvier 23, 2022
Par ZEKA
40 visites

La pandémie de Covid-19 a conduit à une pandémie parallèle de désinformation qui a des répercussions directes sur les vies et les moyens de subsistance de milliers de personnes à travers le monde. Les mensonges et la désinformation se sont avérés mortels et leur capacité à semer la confusion sur les choix personnels et politiques qui contribuent à sauver des vies est aujourd’hui évidente.

Pour reprendre les mots du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, « notre ennemi est aussi la propagation croissante de la mésinformation », lors de la crise que nous traversons. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrit la désinformation sur la pandémie de Covid-19 comme une « infodémie massive », constituant un facteur important dans la propagation du virus au niveau mondial.

Si l’information donne du pouvoir, alors la désinformation donne du pouvoir

L’accès à des informations vérifiables et fiables donne tout son sens au droit à la liberté d’expression. La désinfodémie est diamétralement opposée à ce droit lors d’une pandémie. La note d’orientation n°1 de l’UNESCO évalue 9 types de désinformation sur le coronavirus, 4 modalités et identifie 10 catégories de réponse qui sont appliquées, souvent avec des implications pour la liberté d’expression dans le monde entier.

Désinfodémie : déchiffrer la désinformation

Désinfodémie : Dissection des réponses à la désinformation

Les Autrices :

Dr. Julie Posetti est directrice globale de la recherche au Centre international des journalistes (ICFJ). Elle est également chercheuse principale affiliée au Centre pour la liberté des médias de l’Université de Sheffield (CFOM) et à l’Institut Reuters pour l’étude du journalisme de l’Université d’Oxford.

Kalina Bontcheva est professeure en sciences informatiques et membre du Centre pour la liberté des médias de l’Université de Sheffield (CFOM).




Source: Zeka.noblogs.org