Novembre 25, 2017
Par Union Syndicale Solidaires
324 visites

Tandis que Bernard Arnault, Dassault ou Total défiscalisent des milliards sur le dos des travailleur-ses et des précaires (Paradise Papers), le MEDEF joue à « vis ma vie de patron-ne » avec des élèves de collèges dans des mini entreprises, développe des « supports ludiques pour apprendre le fonctionnement d’une banque » en classe , organise des déjeuners « les boss invitent les jeunes »… autant de dispositifs qui visent à adapter l’école au monde de l’entreprise et « rendre les jeunes 100% employables »

En Lorraine, le MEDEF s’incruste dans le Plan Académique de Formations, encouragé par la rectrice de l’académie qui s’est fendue d’un mail aux enseignant-e-s pour les inciter à s’inscrire à un stage estampillé MEDEF ! Et oui, les profs de mathématiques et de SES ont la chance d’être convié-e-s à une formation à Nancy, le 29 novembre, sur l’éducation à la banque et à la finance. Alors que le MEDEF se donne des allures de sauveur humaniste et providentiel d’un système éducatif dont il a le culot de prétendre qu’il « génère 100 000 décrocheurs par an ainsi qu’un taux de chômage de 25% chez les jeunes », on constate au quotidien les désastres de son action dans le monde du travail (1 million d’emplois promis et non créés contre un cadeau de 20 milliards du CICE) autant qu’à l’école :

- appauvrissement de l’enseignement qui se réduit à une douzaine de « compétences de base » favorisant « employabilité » et « adaptabilité » d’élèves réduit-e-s à une main-d’œuvre en devenir

- management des personnels et élèves qui sont évalué-e-s en permanence comme ils le seront toute leur vie (PPCR, évaluations nationales, socle…)

- traçabilité des futur-e-s employé-e-s avec le Livret Scolaire Unique et Base Elèves

- fabrication de chair à canon par le développement de l’apprentissage au détriment des lycées professionnels dont 5 ont fermé en Lorraine pendant le dernier quinquennat

- mise en concurrence des établissements et des personnels soumis à des petit-e-s chef-fe-s de plus en plus nombreux-ses

Les valeurs portées par SUD Education Lorraine sont à l’opposé de celles d’une école capitaliste. Le service public d’éducation n’est pas une pouponnière de futur-e-s précaires ! Nous estimons bien au contraire qu’il faut promouvoir les pratiques et les valeurs coopératives d’entraide, entre collègues et entre élèves, pour construire ensemble une autre école dans une autre société, égalitaire et émancipatrice.

L’ÉCOLE N’EST PAS UNE ENTREPRISE, L’ÉDUCATION N’EST PAS UNE MARCHANDISE




Source: