Que disent faire les femmes pour tenter d’échapper à ces violences sexuelles ?

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas sortir le soir

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas emprunter les transports en commun le soir

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… payer pour des taxis ou des VTC

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas sortir seule mais entre ami-e-s

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… se faire raccompagner chez elles

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… tenir leurs clés dans la main pour s’en servir comme d’une arme

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… avoir une bombe de laque comme arme

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… feindre de téléphoner

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… modifier son trajet

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas énerver leur conjoint

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas refuser de rapport sexuel avec leur conjoint

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… modifier leur habillement

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas sourire dans la rue

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas se tenir trop droite

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas faire du running n’importe où

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas trop boire

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas consommer trop de drogues

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… vérifier mon verre en permanence en soirée

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… vérifier ce que font mes amies en soirée

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… dormir les fenêtres fermées en permanence

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… mettre le nom de famille uniquement sur la boîte aux lettres

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… choisir un pseudo neutre sur les sites d’annonces type Le bon coin

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… avoir une bombe lacrymo ou au poivre dans son sac

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… tenter, dans les transports en commun d’avoir les fesses collées contre une paroi

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas écouter de musique dans l’espace public pour rester vigilante

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… ne pas aller se promener dans des lieux déserts

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… éviter les parking et si on ne peut pas, choisir une place près de la sortie

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… éviter les contacts visuels avec les hommes dans la rue

Liste non exhaustive.

Que disent faire les hommes pour tenter d’échapper à ces violences sexuelles ?

Selon l’enquête Virage, dans les douze mois… rien

Même si les hommes sont moins nombreux que les femmes à subir des violences sexuelles, les études l’attestent ; ils en subissent également et pourtant rien dans leur éducation ne les prépare à y échapper. C’est là qu’on constate que tous les « bons conseils » administrés aux femmes pour se prémunir du viol n’en sont pas, sinon ils s’appliqueraient à tout le monde. La culture du viol, c’est à dire les idées reçues sur le viol, les victimes et les auteurs, non contente de toucher les femmes victimes de viol, touche aussi l’ensemble des femmes en limitant leur liberté de mouvements et en établissant autour d’elles une politique coercitive qui les fait vivre dans la peur permanente, non seulement d’être violées mais qu’on leur reproche de l’avoir été.

La seule manière d’éviter le viol c’est que le violeur ne viole pas. Faire porter la responsabilité de ne pas être violées aux femmes et du sexisme et constitue une claire politique de restriction de la liberté de mouvements des femmes.

https://www.crepegeorgette.com



Article publié le 19 Juin 2019 sur Iaata.info