Ce mardi 21 février, alors qu’une trentaine d’étudiants comptaient bien exprimer leur refus de la sélection décidée par la direction de la fac, ils se sont retrouvés nez à nez avec les « vigiles » envoyés par le président.

Sélection en Master : la présidence de l’université Paul Valéry s’enferme dans sa tour d’ivoire !

Ce mardi 21 février, le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CÉVU) de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 devait voter, sur proposition de la présidence, les modalités drastiques de sélection et les quotas d’accueil à l’entrée du Master 1 pour la rentrée 2017. En effet, les ambitions élitistes de la direction de l’université se sont trouvées confortées il y a quelques mois, lorsque le gouvernement a autorisé la pratique de la sélection en Master. Patrick Gilli, président de l’université, a sauté sur l’occasion et à immédiatement proposé une batterie de critères sélectifs tellement durs que certains virent à l’absurdité. Ainsi, dans plusieurs masters, on découvre que des critères sont rétroactifs, avec la prise en compte du parcours de la licence !

Le fait que le CÉVU, ce mardi matin, ait voté une vague motion, que nous avons signé, mais ne l’engageant absolument à rien, n’arrivera pas à masquer la surdité complète de la direction de l’université face aux revendications étudiantes. En effet, une trentaine d’étudiantes et d’étudiants, ayant décidé de s’inviter au sein de l’instance pour faire entendre leur voix, se sont retrouvés nez à nez avec les agents « sécurités incendie », utilisés par le président de l’université comme son service de sécurité personnelle. Ce point nous semble assez révélateur de la mentalité qui prévaut dans les hautes sphères de l’université. Désormais, on n’hésite plus à instrumentaliser le statut précaire de certains personnels pour leur faire accomplir une besogne qui ne figure pas dans leurs attributions. Aujourd’hui, les étudiants ont compris que le temps de la négociation est terminé, et qu’il est illusoire de tenter de nous faire croire en la bonne volonté de la direction et de ses alliés.

Rappelons-nous que c’est une intense mobilisation durant l’automne 2016, menée par le Syndicat de Combat Universitaire (SCUM), en faveur d’une vingtaine d’étudiants « sans-fac » dont l’inscription était refusée en Licence, qui a fait plier la direction de l’université jusqu’à la victoire.

Face à la sélection sociale opérée par la direction de l’université Paul Valéry, nous resterons combatifs et appelons à intensifier les actions et mobilisations suite à l’Assemblée Générale qui se tiendra mardi 28 février à partir de 8h sur le parvis ABC des amphithéâtres.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

[email protected]http://www.combatuniversitaire.wordpress.com

Sélection en Master : la présidence de l’université Paul Valéry s’enferme dans sa tour d’ivoire ! Lire le communiqué sur le site du SCUM : https://combatuniversitaire.wordpress.com/2017/02/21/selection-en-master-la-presidence-de-luniversite-paul-valery-s-enferme-dans-sa-tour-divoire/