Novembre 18, 2021
Par Expansive
294 visites


En France, l’accès à certains documents, autant militaires que civils, est limité au nom de la sécurité nationale. A travers trois affaires, les intervenants inviteront le public à comprendre comment l’État français, au nom de la raison d’État censée représenter l’intérêt supérieur de la nation, use de manœuvres pour entraver la recherche de la vérité par les familles, les historiens, les chercheurs et pour empêcher que justice soit rendue aux victimes.

Pour illustrer le propos, nos invités feront lumière sur trois affaires criminelles et affaires d’État non résolues à ce jour :

  • Le massacre des tirailleurs « sénégalais » au camp de Thiaroye (Sénégal) le 1er décembre 1944 | Armelle MABON, historienne
  • Le rôle de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 | François GRANER, membre de l’association « Survie »
  • Le naufrage du chalutier breton « Bugaled Breizh » le 15 janvier 2004 | Dominique LAUNAY, Président de l’association « SOS Bugaled Breizh »

Tous trois signataires du Collectif, ils se donnent pour objectifs d’alerter l’opinion publique et de mener des actions concertées auprès des pouvoirs publics, des autorités judiciaires, des parlementaires afin d’œuvrer à une réforme indispensable du secret défense, à l’arrêt de toute obstruction concernant la consultation des archives « sensibles », pour que la raison d’État ne s’exerce pas contre les droits des peuples à la vérité et à la justice et ainsi consolider la démocratie dans notre pays.

Le vendredi 10 décembre 2021 à l’Hôtel Pasteur à Rennes de 18h30 à 21h



Organisé par Survie 35

Infos : page Facebook de Survie 35 | www.collectifsecretdefense.fr




Source: Expansive.info