Avril 26, 2022
Par Attaque
276 visites

Lyon : Des feux d’artifice contre la mairie d’arrondissement

Lyon Capitale / lundi 25 avril 2022

Environ 200 personnes s’étaient rĂ©unies place Colbert (1er arr.) Ă  Lyon dimanche 24 avril, mĂ©contentes des rĂ©sultats de l’élection prĂ©sidentielle. Des tirs de feux d’artifice ont Ă©tĂ© tirĂ©s sur la mairie du 4e avant que la police n’intervienne.

Des militants de l’ultra gauche s’étaient rĂ©unis place Colbert (1er arrondissement) dans les pentes de la Croix-Rousse afin de manifester leur colĂšre aprĂšs l’élection d’Emmanuel Macron Ă  la prĂ©sidence de la RĂ©publique. En criant « Lyon Lyon Antifa Â» et « Ni Macron, ni Le Pen« , ils ont affichĂ© une pancarte « Ă€ bas Macron, le Robin des bourges Â» en allumant des fumigĂšnes.

Bon enfant au dĂ©but, l’ambiance s’est rapidement envenimĂ©e lorsqu’un groupe a tirĂ© des​​ feux d’artifice sur la mairie du 4e arrondissement au moment oĂč le cortĂšge a commencĂ© Ă  descendre de la colline de la Croix-Rousse. ImmĂ©diatement, la police encadrant la manifestation a lancĂ© des gaz lacrymogĂšnes afin de les disperser.

Une partie du cortĂšge s’est ensuite arrĂȘtĂ©e place des Terreaux, devant l’hĂŽtel de Ville, oĂč certains manifestants ont Ă©tĂ© parquĂ©s par les CRS trĂšs prĂ©sents aux abords des bĂątiments officiels dimanche soir. La tension est ensuite redescendue alors que de nombreux agents de police patrouillaient dans les pentes de la Croix-Rousse.

*****

Toulouse : « Ni Macron, ni Le Pen, révolution »

actuToulouse / dimanche 24 avril 2022

[
] Alors que le prĂ©fet Étienne Guyot avait pris un arrĂȘtĂ© pour interdire toute manifestation dans les rues de la Ville rose, dimanche 24 avril 2022 Ă  l’occasion du second tour, sur les coups de 20 heures, plusieurs centaines de personnes ont participĂ© Ă  une manifestation sauvage, derriĂšre une banderole : « Ni Macron, ni Le Pen, rĂ©volution Â».

Parti de Jean-JaurĂšs, oĂč avait Ă©tĂ© dĂ©ployĂ© ce dimanche un important dispositif de sĂ©curitĂ©, les manifestants se sont ensuite rendus vers Jeanne d’Arc, via les boulevards de Toulouse.
300 à 500 manifestants ont été recensés par notre journaliste sur place.
La manifestation a dégénéré par la suite, et les policiers ont fait usage de gaz lacrymogÚnes pour disperser le cortÚge.
Vers 21h45, des feux de poubelles ont Ă©tĂ© allumĂ©s ça et lĂ  en centre-ville, notamment rue Bayard, oĂč les commerçants ont commencĂ© Ă  Ă©teindre les incendies, avant l’arrivĂ©e des pompiers, dĂ©jĂ  amenĂ©s Ă  se mobiliser sur plusieurs interventions. [
]

*****

Rennes : Manifestation sauvage et feux de poubelles

Le Télégramme / lundi 25 avril 2022

À l’annonce des rĂ©sultats du second tour de la prĂ©sidentielle, ce dimanche, environ 300 personnes ont manifestĂ© dans le centre-ville de Rennes. Le dĂ©filĂ© sauvage, marquĂ© par des affrontements avec la police, a durĂ© prĂšs de trois heures pour se terminer en pĂ©riphĂ©rie de la ville. Sept personnes ont Ă©tĂ© interpellĂ©es, dont une placĂ©e en garde Ă  vue, selon la prĂ©fecture. Fait marquant, un homme, dont l’Audi a Ă©tĂ© taguĂ©e, a mis en joue les militants avec une arme factice.

Les manifestants, pour certains vĂȘtus de noir et de gilets jaunes, se retrouvent avant mĂȘme l’annonce de la victoire d’Emmanuel Macron, Ă  20 h. « Ce qu’on aura pas par les urnes (sic), on l’aura par la rue », peut-on lire sur la pancarte dĂ©pliĂ©e place Sainte-Anne. Le secteur est quadrillĂ© depuis le dĂ©but de la soirĂ©e par un important dispositif de maintien de l’ordre. Alors que la foule grossit, une sono est confisquĂ©e, son propriĂ©taire interpellĂ©. Le cortĂšge, repoussĂ© une premiĂšre fois, se dirige vers la place du Vieux-Saint-Etienne. LĂ , une premiĂšre barricade est mise Ă  feu, aprĂšs une altercation avec les commerçants du coin. Et une premiĂšre salve de gaz lacrymogĂšnes s’abat.

S’en suit alors le traditionnel jeu du chat et de la souris entre manifestants et CRS, Ă©maillĂ© de tags, de barricades et de l’odeur suffocante des lacrymos. CoincĂ© dans la rue Saint-Martin, le cortĂšge se rĂ©fugie dans le parc des Tanneurs. Sans Ă©chappatoire vers le centre, les manifestants se retrouvent contraints de longer le canal d’Ille-et-Rance, jusqu’au chantier de la future prĂ©fecture d’Ille-et-Vilaine, dont les palissades sont recouvertes d’inscriptions. Les derniers rĂ©fractaires sont repoussĂ©s par les CRS puis nassĂ©s vers le parc des Gayeulles, vers 23 h.

Selon la prĂ©fecture, les pompiers ont dĂ» intervenir Ă  deux reprises pour Ă©teindre des poubelles enflammĂ©es. Lors du soir du 1er tour, dĂ©jĂ , une manifestation avait rĂ©uni plusieurs centaines de personnes dans le centre de Rennes. Des dĂ©gradations avaient Ă©tĂ© commises, mais aucune interpellation n’avait Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e.

*****

Paris : « Le monde brûle »

extraits du Parisien / lundi 25 avril 2022

[
] Ce dimanche soir, la place de la RĂ©publique a revĂȘtu ses habits des grands jours, murs de camions de CRS, sirĂšnes et forĂȘt bleue de gyrophares. Toutes les rues ont Ă©tĂ© bloquĂ©es par un impressionnant dispositif policier, gendarmes mobiles et motards de la BRAV-M, une brigade motorisĂ©e. Les cafĂ©s de la place ont fermĂ© « par prudence ». Quelques lacrymogĂšnes ont Ă©tĂ© lancĂ©es vers 22 heures pour tenter de disperser des manifestants. Une poubelle a Ă©tĂ© incendiĂ©e.

Des jeunes ont dĂ©barquĂ© avec des bombes de peinture et ont taguĂ© le socle de la statue de la RĂ©publique, en plein cƓur de la place, d’un « antifa » et « le monde brĂ»le ».[
]

Un peu plus tĂŽt dans la soirĂ©e, un premier groupe de manifestants avait Ă©tĂ© dĂ©logĂ© sous la canopĂ©e des Halles et rue de Rivoli (Ier). À minuit, le calme Ă©tait revenu, les manifestants ont Ă©tĂ© dirigĂ©s vers le mĂ©tro.

*****

Ailleurs

extraits de France Info / dimanche 24 avril 2022

[
] Dans le centre de Nantes (Loire-Atlantique), un cortĂšge d’environ 400 Ă  500 personnes a dĂ©filĂ© derriĂšre une banderole proclamant « Besoin de rĂ©volution« .
[
] A Caen (Calvados), environ 200 personnes selon la préfecture ont manifesté pour contester le scrutin. Un manifestant a été interpellé.
Une centaine de manifestants se sont rĂ©unis dans le calme Ă  Strasbourg (Bas-Rhin), place KlĂ©ber aprĂšs 20h, rapporte France Bleu Alsace, rĂ©clamant « un troisiĂšme tour dans la rue Â».
[
] Un rassemblement a également eu lieu à Marseille (Bouches-du-RhÎne), a annoncé la préfecture de police. PrÚs de 400 personnes sont réunies là aussi dans le calme.

*****

Quimper (FinistĂšre) :

extrait du Télégramme / lundi 25 avril 2022

À l’issue du second tour de l’élection prĂ©sidentielle, dimanche, l’entrĂ©e de la permanence d’AnnaĂŻg Le Meur, dĂ©putĂ©e LREM de la 1er circonscription du FinistĂšre, a Ă©tĂ© vandalisĂ©e par des tags haineux Ă  l’encontre du prĂ©sident de la RĂ©publique, dont « Macron dĂ©capitation ». [
]

*****

Et sur les ondes

France Info / lundi 25 avril 2022

L’antenne de France Inter a Ă©tĂ© une nouvelle fois victime d’un piratage, dimanche 24 avril, aprĂšs l’annonce des rĂ©sultats du second tour de l’élection prĂ©sidentielle. « On a Ă©tĂ© piratĂ© Ă  nouveau Â», a indiquĂ© la station qui dit avoir Ă©tĂ© « alertĂ©e par des tweets Â». Ce piratage trĂšs localisĂ© a perturbĂ© la diffusion sur une partie de l’est de Paris.

« Nous sommes en lien avec l’Arcom pour vĂ©rifier ce qui s’est passĂ© Â», a annoncĂ© Radio France en prĂ©cisant que les frĂ©quences de France Inter Ă  Paris avaient Ă©tĂ© perturbĂ©es « une petite heure Â». L’entreprise publique dit enquĂȘter au sujet de possible piratages dans d’autres villes, dont Lyon, Rennes et Nantes. Aucune information n’a filtrĂ© sur les auteurs de ce piratage.

Lors du premier tour de l’élection prĂ©sidentielle, l’antenne de France Inter avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© piratĂ©e sur son rĂ©seau FM de Paris-Est au moment de l’annonce des premiers rĂ©sultats. Un brouillage d’écoute avait eu lieu et un discours anti-systĂšme avait Ă©tĂ© diffusĂ© en boucle.




Source: Attaque.noblogs.org