Avril 22, 2022
Par Attaque
6 visites

Contra Info / mercredi 20 avril 2022

Samedi 16 avril.
Dans le contexte de la 33ème commémoration de la mort au combat d’Erick Rodríguez et Iván Palacios* dans le quartier Simón Bolívar, à Quinta Normal. Avec un groupe d’individus, nous sommes allé.e.s vers la zone où tous les ans ont habituellement lieux des affrontements, en ce jour classique.


Avec nos sacs à dos chargés de combustible et armé.e.s pour affronter ces ordures de la police. Nous avons attendu patiemment l’arrivée d’un véhicule du service des transports en commun. Dès que nous en avons eu l’occasion, nous avons arrêté deux bus qui arrivaient à une distance moyenne. Nous avons fait descendre les chauffeurs et les personnes qui étaient dans les bus, sans violence. Ensuite, nous avons aspergé les deux véhicules avec notre liquide préféré, de façon à éclairer la nuit obscure de la calle Radal.

Les deux bus ont été complètement, et gracieusement, réduits en cendres, avec une perte totale pour leurs propriétaires, qui travaillent pour l’État.

Face à tout questionnement par rapport à cette action, nous affirmons clairement que nous détestons le fonctionnement de la ville et que nous ne craignons pas de nous opposer aux besoins des citoyen.ne.s, qui se caractérisent par cette paix sociale répugnante. Si, de manière collatérale, nous avons affecté le schéma malade de la population civile, nous n’en avons pas honte, en fait nous nous réjouissons de toute rupture. Même si elle semble éphémère et égoïste.

Enfin, dans notre chemin illégal, il y a toujours la présence des prisonnier.e.s de guerre subversif.ve.s, anarchistes et de toutes les tendances révolutionnaires, au Chili et dans le monde entier. Notre solidarité combative va à ceux/celles-ci.

Erick Rodríguez, Iván Palacios, Barry Horne, Mauricio Morales, Sebastián Oversluij, Javier Recabarren, Kevin Garrido, Luisa Toledo et tou.te.s les guerrier.e.s mort.e.s dans la bataille contre le mode de vie existant sont présent.e.s dans les chemins que nous traçons vers l’avenir.

FEU AUX PRISONS POUR ÊTRES HUMAINS ET NON-HUMAINS, AVEC LEURS MATONS ET COLLABORATEURS DEDANS !
LE PASSÉ EST UN ÉCHEC, LE FUTUR EST INVISIBLE, MAIS LE PRÉSENT… EST UN CADEAU !
EN AVANT, LES GUERRIER.E.S, AVEC TOUTES VOS INITIATIVES MULTIFORMES, INCENDIAIRES ET CRIMINELLE !
RIEN N’EST FINI, TOUT CONTINUE !

Animaux réfractaires

* Note d’Attaque : le 18 avril 1989, Iván Palacios Guarda et Erick Rodríguez Hinojosa, jeunes militantes de gauche, meurent lors d’une fusillade avec la police dans le quartier populaire Simón Bolívar, dans la commune de Quinta Normal (banlieue de Santiago). Ils s’apprêtaient à mener une action, mais, leur groupe étant infiltré par un flic, la police politique (CNI) leur a tendu un guet-apens.




Source: Attaque.noblogs.org