Janvier 2, 2021
Par Attaque
413 visites


Contra Info / jeudi 31 décembre 2020

Campagne d’attaque et de vengeance contre les bourreaux.

Acte 1 : Attaque à l’explosif contre le 21ème commissariat, à Estación Central [commune limitrophe de Santiago ; NdAtt.].

Nous revendiquons l’attentat à l’explosif mené le 24 décembre 2020 contre le bâtiment du 21ème commissariat, à Estación Central, avec un engin composée de plus d’un demi kilo de dynamite et d’ANFO [mélange de nitrate d’ammonium et de gazole ; NdAtt.], disposé à l’intérieur d’un tuyau renforcé et muni d’un système d’activation mécanique.

Par ce moyen, nous cherchons l’efficacité et de porter le plus grand dommage possible à l’infrastructure de la police, et même d’atteindre à la vie d’un quelque gros bras en uniforme. Nous précisons que notre attaque n’a pas pour but de nuire aux passant.e.s, c’est pourquoi, pour cette action, nous avons pris toutes les mesures de sécurité nécessaires.

Nous acceptons les changements constants que le mouvement a connus à partir du 18 octobre [2019, le début de la révolte qui a secoué le Chili ; NdAtt.]. Maintenant, les rues ne brûlent plus. Nous ne sommes pas nostalgiques d’un moment précis, nous croyons à l’attaque constante, à l’augmentation et au perfectionnement de nos actions. Étant donné que tout changement est transversal, nous ne sommes pas naïf.ve.s et nous savons que les forces de police se sont perfectionnées, que le contrôle social et la surveillance se sont intensifiés, que la peur de la pandémie et les conséquences des actions d’octobre (répression, persécution, prison) essayent de démobiliser et de réprimer toute manifestation de révolte.

Aujourd’hui, nous cherchons ces points de la ville où nous sommes à nouveau invisibles, nous perfectionnons nos méthodes et aussi nos mouvements.

L’attaque du 21ème commissariat est une action de vengeance pour les centaines de mutilé.e.s et de mort.e.s et les milliers de prisonnier.e.s que la répression et ses appareils ont provoqué le long de l’histoire. Ce qui se renforce dans l’impunité la plus complète depuis le 18 octobre.

Avec cette attaque, nous cherchons à rendre une partie des durs coups que nous avons reçu, en démontrant que la vengeance est possible et en rappelant que ce commissariat est responsable de l’éborgnement d’un jeune rebelle de Villa Portales [un quartier d’Estación Central  ; NdAtt.], qui a été la cible de plus de quatre tirs de la part de la police, le 21 décembre 2019, à l’âge de 17 ans. Ils sont également responsables de la torture des marchands ambulants – ne croyez pas que nous l’avons oublié, nous avons une bonne mémoire.

Avec cette action, nous voulons serrer dans nos bras les compas anarchistes Monica Caballero et Francisco Solar, qui risquent de recevoir de longues peines de la part de l’État. Nous épousons leur intrépide détermination face à l’assaut du pouvoir. Que la chaleur de cette action dépasse les murs qui, en ce moment, les enferment.

Il s’agit aussi d’un geste envers celles/ceux qui maintiennent une attaque constante contre l’État et intensifient les actions offensives dans le Wallmapu.

Cette action est également un appel à étendre, à renforcer et intensifier la nouvelle guérilla urbaine anarchiste. A passer à l’offensive, à se protéger et agir avec prudence, en essayant de faire en sorte que nos attaques soient à chaque fois sont plus durs, plus précis, et à montrer en pratique que tout moment est propice pour l’attaque.

Nous saluons, nous embrassons et encourageons tou.te.s celles/ceux qui embrassent le conflit et assument leur vie dans la guerre contre l’État et le capital.

Que les tueurs et les bourreaux ressentent de la terreur, chaque seconde qui passe nous nous rapprochons.
Nos balles chercheront leurs corps, nos bombes feront exploser leurs maisons.

Dix ans après l’incendie de la prison de San Miguel.
Liberté pour les prisonnier.e.s politiques, Mapuches, Anarchistes et Subversif.ve.s.
Dans n’importe quelle partie du monde, la police est une cible.

Avec Claudia Lopez, Jhony Cariqueo, Mauricio Morales et Sebastián Oversluij dans nos souvenirs.
Que la voix de la dynamite parle à nouveau.
VIVE L’ANARCHIE !

Bande informelle VENGEANCE NOIRE




Source: Attaque.noblogs.org