Avril 2, 2021
Par Rennes Info
247 visites


Mercredi 7 avril 2021, la santé, le social et la culture, fortement impactés par la crise sanitaire, appellent à une journée de mobilisation dans le cadre de la journée mondiale de la santé.

Hospitalier·es, professionnel·les du secteur culturel, chômeur·ses, précaires marchent et dansent dans un même combat : pour l’embauche, la formation, le salariat, pour des plans de financement à la hauteur de leurs réels besoins, pour la défense de leurs droits sociaux et le retrait pur et simple de la contre Réforme de l’assurance chômage. Ils et elles exigent des responsables politiques et institutionnels, des actes.

Cette convergence prendra la forme de prise de paroles à 12h00 sur l’esplanade Charles de Gaulles à Rennes, puis d’un parcours musical et revendicatif dans le centre-ville de Rennes.

A l’appel des syndicats CGT santé et actions sociales et SUD Santé Sociaux, Collectif Inter Hospitalier, CGT Spectacle, CGT Précaires et privés d’emploi, Collectifs des Intermittent·es et Précaires de Bretagne (CIP), Vivre sans arts et sans culture ? et les Occupant·es de l’Opéra de Rennes.


Des thérapeutiques intensives pour le système de soins français !

L’hôpital était déjà un patient à risque : insuffisance de lits, insuffisance de personnels, carence en rémunération, carence en démocratie dans la gouvernance et intoxication financière à la T2A. Parce qu’elle infecte une structure déjà affaiblie, la COVID est un révélateur tragique des dysfonctionnements de l’hôpital, dénoncés depuis longtemps par les collectifs de personnel hospitaliers et les syndicats.

Mais après la crise sanitaire se profile déjà une crise économique et sociale de grande ampleur. Qui sera finalement une autre crise sanitaire retardée, car la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social .

Ce constat nous pouvons malheureusement le partager avec de nombreux secteurs professionnels. C’est le cas du secteur de la culture.

Le secteur culturel sous respiration artificielle

Depuis le 12 mars 2021, les professionnel.le.s ou aspirant.e.s professionnel.le.s du secteur de la culture, de l’animation culturelle et des sports, de l’hôtellerie, de la restauration, les saisonniers, les intérimaires, les chômeur·ses et précaires occupent l’Opéra de Rennes.

Cette occupation s’inscrit dans un vaste mouvement national

#OccuponsPartout.

Aujourd’hui, plus de quatre vingt dix lieux de culture sont occupés.

Après un an d’arrêt quasiment total des représentations en public, la baisse significative des activités du spectacle accroît une précarité déjà alarmante depuis de nombreuses années. La crise sanitaire et l’absence de réponse des ministères de tutelles aux organisations de salariés aggravent de manière cruelle la fragilité du secteur culturel. Elles montrent aussi la faible considération de nos dirigeants politiques pour ce qu’ils appellent « La culture » qualifiée de non-essentielle.

L’opéra occupé est aujourd’hui, à Rennes, le lieu le plus emblématique des professions du spectacle. Il est aussi le plus symbolique des professions fragilisées par le marché du travail imposé par le capitalisme à leur secteur d’activité.

Professions du spectacle et professions de la santé s’unissent aujourd’hui dans un même élan revendicatif.

Ensemble nous portons un certains nombres de revendications communes :

  • Abrogation de la réforme d’assurance chômage
  • Plan massif de soutien à l’emploi et de reprise de l’activité dans tous les secteurs en concertation avec les organisations représentatives des salarié.es.
  • De toute urgence, des mesures pour garantir l’accès aux congés maternité et maladie à toutes les travailleuses et travailleurs dont l’emploi est discontinu, ainsi qu’aux autrices et auteurs.
  • Des moyens et des mesures pour la jeunesse qui se retrouve dans une très grande précarité et qui vit avec grandes difficultés l’insertion professionnelle.
  • Un plan de formation à la hauteur des enjeux d’un service public de qualité.
  • La mise en place urgente d’un revenu minimum pour les 18-25 ans avec rattachement des droits sociaux à la personnes

Afin de pouvoir prodiguer des soins de qualité dans des conditions d’accueil les plus humaines possibles, les personnels hospitaliers demandent :

  • Une augmentation du nombre de lit d’hospitalisation et notamment de réanimations une augmentation des effectifs de personnels hospitaliers, pour regagner en qualité de soins et de travail.
  • Un choc d’attractivité pour les carrières des personnels hospitaliers et médicaux.
  • Une réforme du financement de l’hôpital pour mettre fin au modèle de l’hôpital entreprise et à la tarification à l’acte omniprésente.
  • Une gouvernance démocratique de l’hôpital, impliquant réellement hospitalier·es personnels et usager·es .

    Afin de prévenir la catastrophe sociale qui s’annonce dans le secteur culturel et du chômage :

  • Une prolongation de l’indemnisation pour les intermittent·tes du spectacles, son élargissement à tous les travailleur.es précaires, extras et saisonniers entre autres, qui subissent les effets, à la fois de la crise et des politiques patronales, ainsi qu’une baisse du seuil d’heures minimum d’accès à l’indemnisation chômage pour les primo-entrant.es ou intermittent.es en rupture de droits.
  • La mise en place d’un processus de reprise totale des activités en concertation avec les organisations représentatives des salarié.es de la culture.
  • Des moyens pour garantir les droits sociaux : retraite, formation, médecine du travail, congés payés, etc…. dont les caisses sont menacées par l’arrêt des cotisations.

Signé :

CGT santé et actions sociales et SUD Santé Sociaux et les Occupant·es de l’Opéra de Rennes (CGT Spectacle, CGT Précaires et privés d’emploi, CIP Bretagne, Vivre sans arts et sans culture ? )




Source: Rennes-info.org