Mai 11, 2018
Par Mille Babords
223 visites

organisée par la LDH section de Manosque & Bassin Manosquin, Association des Amis de l’Humanité des Alpes du Sud, l’Assemblée Citoyenne du Bassin Manosquin.

Entrée libre

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek, est devenue le symbole d’une Turquie résistante qui doit continuer à penser, à créer, à s’organiser, à lutter malgré la répression.

En juillet 1998, DEA de sociologie en poche, elle est arrêtée, emprisonnée et torturée pour la forcer à donner les noms des personnes qu’elle a interviewées et notamment les entretiens qu’elle a eus avec des Kurdes.

Elle résiste et est alors accusée de terrorisme pour un attentat qui n′a pas eu lieu. C’est le début d’un acharnement politico-judiciaire kafkaïen qui en est aujourd’hui à sa vingtième année. Acquittée à quatre reprises – chaque acquittement étant suivi d’un appel – elle est à nouveau placée sous la menace d’une condamnation à perpétuité depuis janvier 2017.

Sa situation est exemplaire de l’acharnement du système politico-judiciaire turc à réprimer les libertés fondamentales.

Son seul crime sont ses combats aux côtés de groupes sociaux opprimés et ses engagements multiples pour la solidarité, la justice et les libertés fondamentales

Sociologue, enseignante, romancière, militante des droits de l’Homme et du féminisme, Pinar Selek, vit aujourd’hui en exil à Nice et enseigne les sciences politiques à l’Université Nice Sophia-Antipolis. Elle résiste à la torture psychologique que représente cet acharnement de 20 années contre elle et ses proches, et continue d’écrire et de participer à de nombreuses rencontres un peu partout en France et en Europe.

Son œuvre de chercheuse et d’écrivaine de premier plan, son courage politique, nous donnent des outils pour comprendre les phénomènes de domination et construire des stratégies de résistance.

Un témoignage précieux, indispensable.

Depuis son installation en France fin 2011, quatre de ses livres ont été publiés en français : Loin de chez moi… mais jusqu’où ? (2012), La maison du Bosphore (2013), Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante. Devenir homme en rampant (2014), Parce qu’ils sont arméniens (2015).




Source: