Janvier 21, 2021
Par Attaque
170 visites


AMW English / mercredi 20 janvier 2021

Le 18 janvier, alors que des vents violents faisaient rage, plus de 30 antiracistes ont attaqué le bureau du Service de l’immigration et des douanes [Immigration and Customs Enforcement, ICE ; NdAtt.], à San Francisco. Nous avons bien repeint les murs, brisé les fenêtres et nous avons pénétré dans le bâtiment pour le ravager à l’intérieur. Nous l’avons fait pour lancer ce qui sera, nous l’espérons, le début d’une série d’entrées par effraction et d’évasions des prisons et des centres de détention, dans tout le pays. Comme les secousses annonçant le soulèvement de l’été dernier, nous répondons à un appel généralisé pour libérer toutes les personnes qui sont enfermées dans le système d’esclavage moderne.


Nous avons mené cette attaque pour montrer à tou.te.s quelle est la position des abolitionnistes et des anarchistes. À la veille de l’inauguration [du nouveau gouvernement américain ; NdAtt.] et du prétendu transfert de pouvoir, l’État et les adeptes de base de la suprématie blanche se disputent le contrôle des vies de nous tou.te.s. Nous passons farouchement à l’action, pour nous-mêmes et pour nos proches. Dans l’actuelle situation de chaos, il y a une réelle opportunité. La fragilité de l’État est pleinement visible. Nous continuerons à attaquer que ce soir l’aile libérale ou l’aile fasciste de l’État, de manière proactive et incessamment, car toutes les deux participent au maintien de l’exploitation et de la répression. En dernière analyse, elles ont la même fonction.

Nous savons que Biden et Harris essaieront de maintenir l’ICE en activité, comme ça a été le cas sous Trump et sous Obama. L’ICE suit ses trois directives affreuse : « enquêtes sur la sécurité intérieure, opérations d’éloignement, gestion et administration ». Nous nous réjouissons des perturbations que notre attaque a causées à cette routine cauchemardesque.

Nous nous joignons à tou.te.s les personnes emprisonné.e.s et détenu.e.s par l’ICE qui continuent à lutter, par des grèves de la faim, des évasions et des émeutes, contre la répression et la négligence de l’État. Nous vous voyons, nous vous entendons, jusqu’à ce que toutes les portes des prisons et tous les murs des frontières soient ouverts. La solidarité c’est l’attaque !

Solidarité avec la caravane de migrant.e.s en Amérique centrale !
Salutations à nos compas de Vacaville* !
À la mémoire de Willem van Spronsen !
Tout le pouvoir aux équipes de démolition !
Faisons grève tôt, faisons grève fréquemment !
Mort à l’Amerikkka !
Nous voulons tout !
Maintenant ou jamais !

* Note d’Attaque : dans la soirée de dimanche 17 janvier, lors d’une manifestation antiraciste, un groupe de personne a vandalisé le commissariat et la mairie de cette ville, proche de San Francisco.




Source: Attaque.noblogs.org