Le 21 mars dernier, nous aurions dû battre le pavé pour répondre à l’appel de la 3e édition de la Marche des Solidarités, regroupant des collectifs de luttes contre les violences policières et des collectifs de sans-papiers.

Mais Covid-19 est arrivée. Les rues de Limoges étaient désertes. Seuls, peut-être, des pigeons en déféquant sur les marches de l’entrée de la préfecture de Limoges auront marqué symboliquement cette journée…

Samedi 30 mai

Cette marche aura lieu dans de nombreuses villes de l’Hexagone (plus d’infos sur : le blog de la Marche des solidarités).

À Limoges, le collectif Chabatz d’entrar répond présent en donnant rendez-vous à 15 heures devant la préfecture de Limoges.

Ce type d’action n’est guère du goût des autorités (notamment à Paris).

Pour autant, il nous appartient de reprendre l’espace public pour démontrer que nous sommes déconfiné.e.s.

Est-il besoin de préciser que ce moment fait partie de ceux qui jaillissent dans le cadre du mouvement « public – privé : pas de retour à l’anormal » ? Par exemple Nouveau rassemblement devant le CHU de Limoges



Article publié le 31 Mai 2020 sur Labogue.info