Pour la justice sociale et climatique, nous marcherons sur l’aéroport Nantes-Atlantique SAMEDIOCTOBRE.

Rendez-vous sur place avec votre piquenique à 10h30 à l’arrêt de tram Neustrie.

Un covoiturage est possible au départ d’Angers : RDV place de la Rochefoucault devant le musée Jean Lurçat à 8 heures 30 (organisation sur place suivant le nombre)

Appel d’Action non violente-COP21 (ANVCOP21) et Alternatiba, des mouvements citoyens pour le climat et la justice sociale, qui ont recours à des actions non violentes de désobéissance civile.

Suite à la crise de la Covid-19, le gouvernement français a accordé des milliards d’euros pour relancer le secteur aérien, sans contrepartie écologique et sociale. Ces dépenses vont à l’encontre des dernières recommandations du Haut Conseil pour le Climat, de la Convention Citoyenne pour le Climat et même des objectifs que s’est fixés la France, pourtant bien insuffisants pour endiguer le dérèglement climatique.

https://www.facebook.com/events/a%C3%A9roport-nantes-atlantique/le-3-octobre-marchons-sur-la%C3%A9roport-de-nantes-/596024531055021/

https://reseauactionclimat.org/tribune-transport-aerien-et-climat-il-est-temps-datterrir

Les directions des entreprises de l’aéronautique, notamment Air France et Airbus, annoncent déjà la suppression de milliers d’emplois, malgré le soutien massif de l’État. En misant sur une croissance infinie du trafic et sur d’hypothétiques innovations technologiques, ces dirigeants mettent en péril à la fois la situation des salarié·es et notre écosystème, et ce avec la complicité des responsables politiques.

Réduire le trafic et reconvertir les emplois

La période de confinement a montré que les pouvoirs publics sont capables de diminuer rapidement et drastiquement le trafic aérien si les conditions l’exigent. Or le dérèglement climatique est un péril encore plus grave que l’actuelle crise sanitaire. Relancer l’aviation et laisser dépérir les transports bas carbone comme le train sont deux erreurs politiques aux conséquences dramatiques.

Aussi, nous l’affirmons clairement : utiliser l’argent public pour maintenir sous perfusion une industrie incompatible avec la préservation de conditions de vie dignes sur Terre, c’est non. Laisser croire qu’une aviation écologiquement responsable est possible dans les prochaines décennies, c’est non. Risquer l’avenir de l’ensemble des salarié·es du secteur aéronautique, c’est non.

En revanche, c’est un grand oui pour soutenir les travailleur·ses de l’aéronautique, pour organiser avec elles et eux la reconversion de cette industrie vers des transports décarbonés, pour prendre en compte les riverain·es qui subissent les nuisances de l’aviation et pour repenser collectivement, à l’échelle de la société, nos besoins en déplacement.

Pour notre avenir à toutes et à tous, nous marcherons sur les aéroports

https://reseauactionclimat.org/sondage-des-gaulois-pas-si-refractaires-a-laction-climatique/

Or ce n’est pas le choix que fait notre gouvernement. Alors, faisons entendre notre voix : le samedi 3 octobre, marchons sur les aéroports !

Dans des cortèges colorés et déterminés, familiaux et non-violents, à pied, à vélo, nous marcherons sur les aéroports des grandes villes, sur les aéroports régionaux, sur les aéroports de jets privés. Le trafic en sera grandement perturbé, aussi nous l’annonçons dès aujourd’hui pour que chacun·e prenne ses dispositions et ne prévoie pas de vol ce jour-là.

Cette journée blanche sera l’occasion de faire passer notre message : nous ne voulons pas subir les conséquences dramatiques de l’inaction climatique, nous voulons préserver la santé de toutes et tous, les conditions de vie des générations présentes et futures. Choisissons dès maintenant la réduction du trafic aérien et la reconversion de ce secteur !

Appel relayé par Le Cercle 49


Article publié le 02 Oct 2020 sur Basse-chaine.info