Mars 26, 2021
Par Basse Chaine
352 visites


Pour que le droit à un habitat soit partie intrinsèque et concrète de la dignité humaine, pour l’arrêt des politiques d’oppression contre les personnes sans abris et l’arrêt de l’exploitation des locataires. Rendez-vous le samedi 27 mars 2021 à 15 heures sur la place du Ralliement.

Dans 21 pays d’Europe, le 27 mars aura lieu une journée d’action pour le droit au logement, l’arrêt des expulsions et contre le logement cher ! Nous invitons un maximum de personnes et de collectifs à co-organiser, à se rassembler et à manifester avec PSN49 et le comité préfigurateur du DAL 49.

Le rendez-vous final sera le samedi 27 mars 2021 à 15 heures sur la place du Ralliement pour que le droit à un habitat soit partie intrinsèque et concrète de la dignité humaine, pour l’arrêt des politiques d’oppression contre les personnes sans abris et l’arrêt de l’exploitation des locataires.

Nous revendiquons collectivement :

- Un logement abordable, stable, décent, durable et écologique pour tou.te.s, sans discriminations ;

- Le droit au respect des habitats alternatifs choisis et nécessaires ;

- L’arrêt des expulsions sans relogement ( avec un vrai logement et non un hébergement précaire ) ;

- L’arrêt des remises à la rue et une trêve hivernale pour tou.te.s sans distinction du lieu habité ;

- L’arrêt des coupures d’énergie ;

- L’arrêt de la répression contre les personnes sans-abris, contre les personnes vivant dans des habitats alternatifs, contre les occupant.e.s sans titre, contre les plus précaires, avec ou sans papiers, les exilé-es, les réfugié-e-s, et l’arrêt des répressions dans les quartiers populaires ;

- L’application réelle de la loi de réquisition, du Droit Au Logement Opposable, du droit à un hébergement décent jusqu’au relogement, et l’application de toutes les lois votées pour nous protéger et protéger ceux et celles qui ont le moins ( les immeubles publics vides et non utilisés sont assez nombreux et sont une possibilité économique pour permettre une occupation officielle durable pour les personnes sans abris, celles en décohabitation, les étudiant-e-s dans le besoin, les personnes SDF, et celles en contraintes à la rue pour se protéger de leur foyer ) ;

- La baisse des loyers tout de suite, la taxation des plus-values de la spéculation, la limitation des plates-formes Airbnb & Co, les sanctions contre les bailleurs fraudeurs, et l’annulation d’un mois de loyer HLM à cause des confinements successifs et des graves répercussions sociales de ceux-ci ;

- La réalisation annuelle de 200 000 HLM en France métropolitaine et Outre-mer, de logements étudiants, une base de 30% de HLM dans chaque commune en zone tendue, l’augmentation des aides à la pierre, et l’arrêt des ventes et des démolitions de HLM ;

- La revalorisation et retrait de la réforme des APL (RLS, contemporanéité, gels…).

Nous ajoutons de revoir les rénovations et les réhabilitations dites urbaines, pour un respect concret des habitant-e-s, de leurs choix et de leurs décisions, et pour la meilleure sauvegarde des services publics, eu égard aux opérations en cours aux quartiers de Monplaisir, de Belle-Beille, de Savary, du Chemin vert, de Favreau-les Mauges, et ailleurs.

UN TOIT, C’EST UN DROIT !




<!–

Publié initialement par Le Cercle 49.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Basse-chaine.info