Novembre 4, 2021
Par Rapports De Force
370 visites


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mobilisation gĂ©nĂ©rale contre un tragique de rĂ©pĂ©tition qui touche l’industrie. ParticuliĂšrement, l’industrie travaillant pour les grands constructeurs automobiles. Ici, Ă  la SociĂ©tĂ© aveyronnaise de mĂ©tallurgie (SAM), l’histoire d’une entreprise spĂ©cialisĂ©e dans la fabrication de carters de voiture pour Renault, placĂ© en redressement judiciaire en juillet 2017. Puis reprise six mois plus tard par le gĂ©ant de l’aluminium Jinjiang, avec 42 millions d’investissements promis.

Mais en quatre ans, des effectifs qui baissent de 440 Ă  360 salariĂ©s et des syndicats qui se plaignent de ne pas voir la couleur des investissements. Puis un redressement judiciaire fin 2019 suivit d’une liquidation judiciaire en 2021. Et un donneur d’ordre, Renault, qui ne garantit pas vraiment les commandes. Une garantie essentielle Ă  tout projet de reprise. Enfin, l’État qui oublie jusqu’à ces derniĂšres semaines ĂȘtre propriĂ©taire d’une parte du capital du constructeur. En face, des salariĂ©s qui se battent. Et un territoire fortement dĂ©pendant de ces emplois qui ne peut qu’ĂȘtre solidaire.

Un dossier qui rappelle celui avant lui des GM&S dans la Creuse. Le tout sur fond de transformation du secteur avec la fin programmĂ©e des moteurs thermiques, sans que les moyens d’une transition de toute la chaĂźne des productions soient pris sĂ©rieusement en charge par l’État ou les constructeurs. À Decazeville les salariĂ©s de la SAM sont pleinement mobilisĂ©s depuis des mois. Mardi 26 octobre, ils organisaient une journĂ©e usine morte, avec l’arrĂȘt de la production et des livraisons. Ce jeudi, une grande manifestation aura lieu Ă  partir de 17 h 15 devant le site de Viviez. En plus d’ĂȘtre appelĂ©e par les salariĂ©s et la CGT, elle rassemblera une grande part de la population conviĂ©e Ă©galement par le collectif Tous Ensemble pour le Bassin et les Ă©lus locaux. Pendant une heure, les commerces Ă©teindront leurs lumiĂšres.

La SAM a jusqu’au 19 novembre pour qu’un repreneur se signale, sous peine de fermeture dĂ©finitive au 10 dĂ©cembre.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Source: Rapportsdeforce.fr