[Photos : Jean-Pierre Sageot. Instagram : @jpsageot ]

Plus on lutte, plus ces salopards en rajoutent, les retraites maintenant. On s’y attendait, mais le faire là, maintenant, comme si rien ne s’était passé depuis un an et demi, les malades ! On dirait qu’il veulent vraiment foutre le feu aux poudres, provoquer notre haine, pour mieux nous mater après en nous rendant coupables du zbeul. Comment peut-on encore croire qu’on peut négocier avec ces affreux cyniques, ces lames d’acier, ce mur d’indifférence à la souffrance du peuple ?

Le peuple, ils s’en tapent, c’est vrai, ils font tout pour le réduire à rien, à une poussière d’atomes, des atomes qui vont un par un capitaliser leurs petits points de retraite, porter leur vie sous le bras comme un dossier toujours à défendre, en quémandant. Misère de nous, si on ne les flanque pas dehors d’un bon coup de pied au cul !

C’est justement de ça que je doute maintenant. « Macron démission » pour moi, c’était pas que la tronche enfarinée de Jupiter qu’on visait, mais tout son staff, gouvernement et députés, et tout le système d’enfer de l’exploitation sauvage de nos forces de travail et de nos vies. Mais là dessus, avec les copains GJ, on s’est souvent empaillé ici, tu te souviens ? Et ça continue, je peux de te le dire. On trouvait les listes GJ aux européennes complètement nazebrocs, voilà maintenant des listes pour les municipales. On pense qu’au local ça vaut le coup, si c’est pour faire dans les municipalités des Assemblées popu oui, si c’est pour gérer la mouise intercommunale, bonjour l’enfumage, ils savent pas à quoi ils s’attendent les élus GJ. On est pas prêt de foutre l’Etat en l’air avec ses institutions qui nous foutent dedans en tout cas. Et quand je dis ça aux copains, ils me traitent d’anar. Je crois que c’est un mélange de trouille bleue et de manque d’imagination qui les empêche de parier sur un truc comme les communes autonomes. Cela dit moi, je sais pas ce que c’est une commune autonome, je vois bien des jeunes qui font de l’élevage et des jardins par là autour d’un village où ils habitent tous, mais on ne les entend pas beaucoup, sauf quand ils viennent gueuler en manifs.

Y en a encore trop plein des copains qui paniquent à l’idée qu’on aurait plus besoin d’Etat, de Président de mes couilles, de ministres, d’administration, de flics même. Si on peut plus appeler la police quand y a du bordel dans le quartier, alors ! Je sais pas si la lutte nous apprend beaucoup de choses là dessus. Pour moi, on est pris au piège : le régime de retraite par répartition solidaire, c’est les caisses de retraites chapeautées par l’Etat qui fixe les taux des cotisations, l’âge de départ et tout le bazard, les caisses de retraite fonctionnent pas toutes seules. Le comble, c’est que c’est le nouveau régime par points qui voudrait envoyer ballader l’Etat en refilant tout aux assurances. Plus d’Etat pour les fidèles du service public, moins d’Etat pour les libéraux dégueulasses qui nous font mordre la poussière. Moi, je sais pas comment sortir de ce bourbier.

Maintenant, c’est vrai que depuis les GJ, c’est nos vies de con qu’on veut plus mener, les retraites c’est une partie de ça seulement, une retraite au bout d’une vie de con, ça fait souvent une retraite à la con, même pas trop mal payée. Quand c’est pas le cancer qui te rattrape dès que tu commençais à souffler, ou la déprime de ne plus avoir rien à foutre (ça quand même c’est fort, mais ça existe chez beaucoup, tu penses, toute leur vie rythmée par le boulot, j’en connais…). Mais bon, on a raison de gueuler pour que au moins ils nous foutent la paix quand on est vieux et qu’on bosse plus, qu’on puisse vivre, pas survivre, ce qui nous reste à vivre.

Mais nos vies de con, c’est pas facile de les larguer, de tout larguer du jour au lendemain, boulot quand t’en as un, crédit souvent, les gosses à l’école, les études à payer quand ils en font par chance. Quand j’en parle parfois avec Estelle, elle me dit « couillon, tu te vois toi faire ton jardin et chasser toute l’année pour qu’on aie à becter pour quatre ? ». Elle n’y croit pas, moi si j’y croirais, braconner toute l’année ça me gênerait pas, tu sais que j’aime la chasse, et ce serait plus écolo que de bouffer de la merde d’Auchan (même si on évite maintenant) et rouler, rouler toujours en caisse, mais est-ce que ça empêchera les fumiers là-haut de dormir sur leurs deux oreilles ? Ah c’est sûr, si tout le monde faisait ça, larguait tout ce qui nous enfouit la gueule dans le trou, si le patron il se retrouvait tout seul dans sa taule il aurait pas l’air con. Si tout le monde. Mais tu sais bien comme moi que ça se passe pas comme ça. Moi je crois qu’il faudrait d’abord qu’on les dégage encore une fois, et pour ça qu’on y mette le paquet. Tant qu’ils seront là les gaufrés, on ne pourra rien faire qui dure, pas même se demander si on a encore besoin de toute cette machine à broyer les pioupious citoyens réduits oui au « travaille, consomme, et ferme ta gueule », comme tu disais. Ils ont bonne mine les citoyens.

Les GJ, depuis le début, ça fait chaud au cœur putain, y a eu des trucs qu’on osait pas faire avant, mais maintenant ça se rabat, ça se disperse, le moindre pataques dans une boîte t’en as un qui colle dessus l’étiquette Gilet Jaune, c’est un peu gros non, même si ça fait de la solidarité c’est vrai. Ca giletjaunise comme ils disent. Moi j’en suis pas sûr, s’il n’y avait pas eu la réforme des retraites, la goutte qui fait déborder le vase, l’eau se serait évaporée, lentement mais sûrement, qu’est-ce que t’en penses ? D’ailleurs pourquoi tu viens plus ? Tu vois pas d’issue ? C’est sûr que quand on veut pas retourner à la messe des élections, des présidentielles avec toute leur saloperie de spectacle à la télé, eh ben il faut se creuser les méninges pour dire aux gens « arrêtez de croire encore à l’entourloupe, faudrait les boycotter ces élections, les foutre en l’air, qu’on fasse nous-mêmes la politique, pas eux là qui nous confisquent tout et se foutent de nous à longueur de journée ». Avec les GJ, on a prouvé qu’on savait faire, et réfléchir, alors ??? « Oui, mais on a pas le temps », qu’ils disent, c’est des bons politiques qu’il nous faut (et voilà que rapplique la Mélenche), nous on a notre boulot, nos gosses, et voilà qu’on repart pour un tour, et on va regarder la télé, les studios en plastoc, froids comme la mort, les zombies qui y pavanent, des macchabées qui reçoivent des bouffons. Comment qu’on peut encore bouffer cette soupe à gerber ?

J’ai pas envie de désespérer l’ami, ça flambe un peu partout dans le monde j’ai l’impression, mais les keufs sont de plus en plus violents, et là dessus tu sais, je te l’ai déjà dit, quand je vois les keufs à 3, 4 ou 5 à s’acharner sur un mec plaqué au sol, et qui lui cognent, qui lui cognent dessus à 5 contre 1, les lâches, les boules me montent grave et j’ai qu’une envie, prendre un flingue et les buter, ça serait que justice merde ! Je me souviens que tu m’avais dit la même chose l’hiver dernier, c’est pour ça qu’on te voit plus ? Combien de temps on va s’en prendre plein la tronche sans se défendre vraiment ? Je sais, les armes c’est la massacre aussitôt, mais quand même on peut pas trouver un truc bien organisé pour être plus forts ? Le Black bloc, ils sont pas si fortiches que ça, maintenant les keufs les pulvérisent dès qu’ils tentent de conduire la manif.

Alors, les blocages ben oui, qu’est-ce qu’ils ont attendu les syndicats pour couper le jus aux riches, les foutre dans le noir, tout ce qu’ils pourraient bloquer mais pas seulement une journée !?… Les keufs interviendraient si ça durait, oui mais si ça se produisait un peu partout. Pour ça, ça vaut le coup d’être nombreux, pas seulement pour traîner savate en manif. Je sais pas pourquoi on a dit un moment que la grève ça servait plus à rien, comme avait dit Sarko finalement. La grève dure, c’est le blocage, sur les ronds points une autre blocage, ça va ensemble, un pote m’a dit que l’un ne devrait pas aller sans l’autre, je trouve ça juste. Mais voilà, il faut accepter de perdre du pognon, mais crever en en gagnant, c’est mieux ? Quand je demande ça, on me soupçonne « si toi t’as des tunes en réserve, tant mieux pour toi ». Bon, je comprends que tout le monde n’a pas envie de se foutre dans la merde. Les GJ avaient trouvé le truc, manif le samedi et boulot dans la semaine, mais maintenant il faudrait passer un cran au dessus, pas vrai ? Comment tu vois ça ? Tu me manques un peu, tu ne disais pas que des conneries. Je rigole.

A plus j’espère, la lutte continue vaille que vaille camarade, reviens.

Gilles


Article publié le 27 Jan 2020 sur Lundi.am