30/10 L’Antigang (BRI) déloge six squatteur.euses à Montreuil (93). La maison est détruite et ses habitant.es tabassé-es (Paris-lutte info).

1/11 Nouveau naufrage en mer Egée, 11 migrants sont morts dont 6 enfants (AFP). Une soixantaine de migrants sont morts en une semaine en mer Egée (Reuters).

3/11 Commerce de cannabis : sept personnes sont condamnées à Nantes et risquent quatre ans de prison et de lourdes amendes. « C’est la drogue la plus douce traitée avec l’hypocrisie la plus dure » dit leur avocat (Ouest-France).

4/11 Stop au harcèlement de rue et Osez le féminisme 44 appellent à un rassemblement quelques jours après un double viol dans une rue du centre ville de Nantes pour dire stop aux violences, qu’elles soient verbales ou physiques, dans la rue ou dans les transports en commun ; “non pas en demandant davantage de répression, mais davantage d’éducation” (Ouest-France).

4/11 Le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois. Ils pourront donner leur plasma s’ils sont dans une relation stable depuis quatre mois ou s’ils n’ont pas eu de relations sexuelles sur la même période (20 minutes).

4/11 L’engagement numéro 50 de François Hollande d’accorder le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans est enterré par Valls lors d’un débat à Sciences Po : “Cette promesse, dit-il, ne sera pas mise en œuvre et je suis convaincu qu’elle ne sera pas re-proposée à la prochaine élection présidentielle » (L’express).

5/11 Palais de l’injustice nantais : la nuit, toute personne qui s’approche à dix mètres des façades vitrées déclenche des spots lumineux, qui éclairent le haut du parvis, et une bande-son diffusée par haut-parleurs : « Vous êtes sur un site protégé et filmé par nos caméras, veuillez quitter les lieux immédiatement, sinon nous appelons les forces de police » (Presse-Océan).

6/11 Rétablissement des contrôles aux frontières en France pendant un mois, à l’occasion de la conférence sur le climat (COP21) qui débute fin novembre à Paris “dans un contexte de menace terroriste ou de risque de trouble à l’ordre public” (20 Minutes).

8/11 Les agents d’entretien d’OMS Synergie, un sous-traitant de l’office HLM Paris Habitat, sont en grève depuis un mois et demi. Ils dénoncent des conditions de travail inacceptables. Mais leur employeur ne veut rien savoir. Il les a assignés en justice (Communismeouvrier.wordpress).

8/11 Nantes : deux bouteilles enflammées ont été lancées dans la nuit de samedi à dimanche à travers la fenêtre d’un squat occupé depuis un an par une quarantaines de migrants, à Nantes. Une troisième a atterri dans la cour de la maison (France 3). « C’est parti et c’est que le début !!! » commente ADSAV sur son facebook.

10/11 Strasbourg : interpellé alors qu’il filmait une action de « désobéissance civile » visant à dénoncer symboliquement l’évasion fiscale en réquisitionnant des chaises dans une agence du Crédit Agricole, un journaliste (Taranisnews) passe 18h en garde à vue, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui, mais sans qu’on lui restitue son matériel (Bastamag).

10/11 Macron, après avoir remis en cause de l’emploi à vie des fonctionnaires, verrait bien leur mode de rémunération évoluer. “Je pense qu’il faut accroître la part de mérite, la part d’évaluation, dans la rémunération de la fonction publique” (Huffigtonpost).

10/11 Emeute dans le centre de rétention de l’île Christmas. L’Australie mène une politique d’immigration extrêmement restrictive. Les demandeurs d’asile qui parviennent à gagner les rives australiennes sont placés dans des camps sur des îles reculées. Depuis la fin 2014, les autorités envoient aussi sur l’île Christmas des ressortissants étrangers condamnés dans des affaires judiciaires et dont les titres de séjour ont été annulés (BBC).

11/11 La télévision russe a diffusé par erreur des images d’un système secret de torpilles à charge nucléaire. Les torpilles sont destinées notamment à créer de “vastes zones de contamination radioactive qui seront inutilisables pour toute activité militaire, agricole ou économique pour une longue période”. Ces engins doivent même être capables de déjouer un futur bouclier anti-missile de l’Otan (Le Télégramme).

11/11 Silvan est le théâtre, loin des caméras, de violents combats entre forces de sécurité turques et rebelles kurdes qui ont plongé ses habitants dans une sanglante guerre urbaine (Ledevoir.com).

13/11 Syrie : la Russie a mené sept raids, dont deux en larguant sur Banines des bombes au phosphore interdites internationalement, tuant quatre civils et en blessant dix autres. Elle a également largué des dizaines de roquettes, chacune contenant 100 bombes à fragmentation, sur des zones civiles, des camps de réfugiés, des marchés et des hôpitaux de campagne, tuant et blessant des civils, dont des femmes et des enfants (Etilaf.org). Le 31/10 au moins 70 personnes ont été tuées et 550 blessées dans l’attaque contre un marché de Douma, bastion rebelle à l’est de Damas. La veille 59 personnes ont été tuées, dont cinq enfants, par des tirs de roquettes et par l’aviation du régime. Le même jour, 32 personnes, dont 12 enfants, ont été tuées dans des raids aériens contre la ville septentrionale d’Alep (Alterinfo.net).

13/11 Air France : le 5/10 à Roissy un DRH s’était retrouvé la chemise arrachée après l’annonce d’un plan de “restructuration” menaçant 2 900 postes. La direction a mené son enquête et les premières sanctions sont tombées : quatre licenciements, une procédure en cours sur un cinquième salarié et une mise à pied. Onze salariés ont également été mis à pied pour avoir renversé une grille. Et deux pilotes sont convoqués pour avoir laissé rentrer les manifestants grâce à leur badge (Francetvinfo.fr).

15/11 Pontivy : Le préfet du Morbihan autorise la manifestation du groupuscule néo-nazi ADSAV contre l’accueil de migrants en Bretagne alors que l’état d’urgence, suite aux attentats de Paris du 13/11, a été proclamé. Bilan : trois blessés, dont une personne sauvagement tabassée par des manifestants. Le MRAP s’interroge :« Comment la bande fasciste a-t-elle pu ainsi terroriser et frapper dans les rues d’une ville bretonne ? Comment cette manifestation a-t-elle pu se dérouler sans interdiction ? Comment 150 nervis ont-ils pu manifester en toute impunité dans une ville de 15 000 habitants à l’appel d’un groupuscule régional, bien connu des services de police ? De surcroît, sans qu’aucune interpellation n’ait été réalisée ? » (Bretagne-info.org 19/11).

17/11 Michel Urvoy (Ouest-France) écrit que « l’extrême-gauche, en toute impunité, légitime le bain de sang en plaçant au même niveau la violence faite aux terroristes et la violence que les terroristes nous infligent ». Or, répond le NPA, re-situer ces événements dans le contexte géopolitique du Proche-Orient, en pointant les responsabilités évidentes des puissances régionales et occidentales, dont la France, dans le chaos actuel, n’excuse pas les tueurs ni ne fait de qui que ce soit leurs complices (Anti-k.org).

17/11 Calais : Le ministère de l’intérieur, la maire et la préfète du Pas-de-Calais accusent les militants No Border d’être à l’origine de l’augmentation de la tension à Calais et à l’intérieur du ghetto où ont été assignés plusieurs milliers d’exilé.es. Les No Border les inciteraient à affronter les forces de l’ordre, leur conseilleraient de bloquer les camions sur les routes pour passer en Angleterre, et les dissuaderaient d’accepter des propositions alternatives d’hébergement. Les associations et collectifs qui soutiennent les exilé.es, affirment que ces accusations sont mensongères et infondées (Droit-immigration.blogspot.fr).

17/11 La mort d’Amadou Koumé dans un commissariat du 10e arrondissement, début mars, avait été cachée pendant un mois. Les flics avaient fait de fausses déclarations sur les circonstances de son décès. Un non-lieu vient pourtant d’être rendu (clap33).

17/11 Prison : Christine Ribailly est poursuivie suites aux plaintes de neuf matons de la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis pour violence et rébellion. Christine a ré-expliqué dans quel cadre se sont passés ces faits : arrivée à Fleuy elle refuse le fichage qu’impose la carte de circulation mais aussi les fouilles à nu systématiques et abusives lorsqu’elle est placée au mitard. Alors que ces refus sont passibles de sanctions disciplinaires suffisamment lourdes (mitard, isolement, transferts, suppression de remises de peines,…), ils ne relèvent pas du délit pénal. Mais l’Administration Pénitentiaire veut tout de même la contraindre par la force et cela se transforme en scène d’humiliation et de violence de la part des matons, puis à la finale, en plainte contre Christine qui leur résiste. La procureur a requis douze mois fermes et 1 700€ de dommages et intérêts au bénéfice de l’administration pénitentiaire (enfinpisserdanslherbe.noblogs.org). A Nantes, un détenu s’est suicidé à la maison d’arrêt. La victime a été retrouvée à 5 h 30 par les surveillants, pendue aux barreaux de sa cellule avec un drap (Le Télégramme).

20/11 Etat d’urgence : après les quatre perquisitions effectuées à Nantes et Saint-Herblain, deux nouvelles perquisitions ont eu lieu à Rezé et Carquefou. La première, menée par la police à Rezé, n’a rien donné. La deuxième, conduite par la gendarmerie à Carquefou, n’a abouti qu’à la saisie d’une bonbonne de gaz lacrymogène et d’un gramme de cannabis (Ouest-France). L’état d’urgence donne au préfet de département une série de pouvoirs, dont la mise en place d’un couvre-feu. Cette mesure va ainsi être appliquée à Sens (89) la nuit, dans le quartier des Champs-Plaisants, à l’ensemble de la population (Le Monde). Le 19/11 la Direction Générale de la Police Nationale autorise le port d’armes pour les policiers lorsqu’ils ne sont pas en service (Itele.fr). Valls avertit du risque d’attentat avec des «armes chimiques ou bactériologiques», dans son discours devant l’Assemblée nationale sur la prolongation de l’état d’urgence (AFP). Le 18/11 à Lille, la police, assistée d’une équipe du RAID, intervient pour déloger des squatteurs (revolutionpermanente.fr). A Saint-Denis Ahmed, 63 ans, est brusquement réveillé la nuit dans le studio qu’il occupe dans un immeuble vétuste. Des policiers ont pénétré dans son appartement, situé sur le même palier que les terroristes présumés, visés par un assaut du Raid. Quand les échanges de balles ont enfin cessé, il comprend qu’une balle l’a touché au bras. Il est évacué par la police vers l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière mais sera quand même placé en garde à vue. En plus d’avoir perdu son appartement, il s’est vu remettre une obligation de quitter le territoire (Slate.fr 23/11).

22/11 Parti de Notre-Dame-des-Landes, le convoi des anti-aéroport se rendant vers Paris pour la COP21, conférence sur le climat, est bloqué en milieu de matinée par les gendarmes après Ancenis, à Anetz sur la départementale 723. “Ils veulent contrôler toutes les identités, ce que nous refusons car nous sommes contre le fichage. Ils veulent nous notifier l’interdiction de manifester en Ile de France”, explique une des participantes. “Le blocage actuel nous apparaît comme un signe de plus de la volonté du gouvernement de museler toute contestation sociale et environnementale lors de la COP21”, expliquent les participants dans un communiqué (Presse Océan).

22/11 Calais : Un incendie brûle une vingtaine de tentes et fait deux blessés légers. Il s’agit du troisième incendie en moins d’un mois dans la “Jungle” où vivent près de 4 500 personnes (France3). Le 13/11 l’état a fait appel de sa condamnation à réaliser des aménagements sanitaires sur le campement. Saisi par Médecins du monde et le Secours catholique-Caritas, le tribunal administratif de Lille avait ordonné le 2/11 à l’état de réaliser divers aménagements (douches, latrines…). La justice avait alors invoqué une « atteinte grave et manifestement illégale » au droit des migrants « à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants » (Ouest-France).

23/11 Journée de défense et citoyenneté au Centre du service national de Nantes. Une jeune femme porte un voile recouvrant sa tête. Les militaires lui demandent d’enlever son voile. Mais la jeune fille regagne sa place dans la salle sans le quitter. La responsable de la session a renouvelé sa demande. En réponse, la jeune fille s’énerve. La police est appelée. Elle est placée en garde à vue pour outrages, rébellion et violences sur policiers (Ouest-France).

24/11 État d’urgence depuis dix jours : 1 233 perquisitions, 165 interpellations, 266 assignations à résidence. 142 des interpellations ont conduit à une garde à vue. La loi prolongeant pour trois mois l’état d’urgence est entrée en vigueur. Ce texte adapte la loi de 1955. Il prévoit aussi l’élargissement des assignations à résidence aux personnes dont le comportement constitue une menace, la dissolution de groupes radicaux, mosquées ou lieux de prières extrémistes, un recours au bracelet électronique pour certains assignés à résidence, ou encore le blocage par le ministre de l’Intérieur de sites et réseaux sociaux incitant à des actes terroristes. Cette loi constitue une première étape avant une réforme constitutionnelle prévue dans les trois mois, notamment pour instaurer un «régime civil de crise» (Parisien).

24/11 Julien Dray (vice-président PS de l’Ile-de-France) déclare «On sait qu’à chaque fois qu’il y a des états d’exception, parce que l’état d’urgence, c’est un état d’exception, il y a forcément après des dérapages (…) Sur les réseaux sociaux, il y a déjà des images qui montrent qu’il y a des perquisitions qui sont faites un peu n’importe comment». « Dans le combat contre le terrorisme, il faut toujours faire attention à ce que la victime ne devienne pas elle-même bourreau». «Nous devons tirer le bilan de l’expérience Bush. Nous devons tirer le bilan de ce qu’a été Guantanamo. Nous devons tirer le bilan de toutes ces lois d’exception du Patriot Act…», a-t-il conclu (Libération).

24/11 Un collectif anti-migrants s’attaque de nuit aux locaux des associations humanitaires en mettant de la colle dans les serrures et signe son acte par un tag « #On ferme ». Ce groupe d’activistes d’extrême-droite s’attaque aux associations caritatives parce qu’elles apportent de l’aide aux réfugiés. Ils sévissent dans toute la France et revendiquent leurs actes de vandalisme sur les réseaux sociaux, photos à l’appui (Ouest-France).

24/11 Valls affirme que 20.000 personnes font l’objet d’une fiche dite “S” de renseignement en France dont “10 500” pour leur “appartenance ou leur lien avec la mouvance islamique”. « Tous les autres peuvent concerner des membres d’autres mouvements considérés comme terroristes : le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), la ligue liée à des mouvements tamouls, la branche militaire du Hezbollah, des militants violents liés à l’ultra droite ou à l’ultra gauche, des hooligans, etc.”, a-t-il précisé (AFP).

24/11 « Apologie d’acte terroriste » : un jeune homme est écroué au Creusot en Saône-et-Loire (Macommune.info). Le 17/11 plusieurs personnes ont été condamnées à des peines de prison à Nice et Marseille pour avoir soi-disant crié “Allahou Akbar”, mimé un égorgement ou des tirs à des policiers (Francetvinfo).

25/11 Journée internationale contre les violences à l’encontre des femmes. Depuis 2006, 1 259 femmes ont été assassinées en France par leur conjoint ou ex-conjoint. Les meurtres imputables aux violences au sein du couple représentent près d’un meurtre sur cinq commis en France (Eclosion13.fr 24/11).

25/11 Brest : Un jeune garçon en situation irrégulière est arrêté à Brest. Sa demande de remise en liberté a été rejetée. Elèves et enseignants se mobilisent. La Ligue des droits de l’Homme dénonce « cette chasse aux élèves sans papier » et un excès de zèle des autorités pour « faire du chiffre et remplir les quotas » (Ouest-France).

25/11 Le rapport VIH, Hépatites La face cachée des discriminations lève le voile sur les discriminations qui assimilent les personnes touchées à un danger pour la société (Aides.org).

25/11 Slovaquie : « Nous surveillons chaque musulman de Slovaquie », a déclaré le Premier ministre. Il justifie ainsi sa décision : « À chaque fois qu’il y a eu une attaque terroriste en Europe, des musulmans en étaient responsables ». Ce serait donc son devoir « de vérifier si les musulmans qui vivent dans notre pays ont des contacts avec des gens suspects » (Ouest-France).

26/11 COP21 : L’Observatoire des multinationales publie, avec plusieurs partenaires français et européens, Lobby Planet Paris COP21, un guide des lobbies économiques qui tentent d’influencer la Conférence climat (Multinationale org).

26/11 François Hollande invite les français à « pavoiser » leur maison du drapeau national (Drapeau.biz). Le gouvernement lance une initiative pour encourager les internautes à “pavoiser le web” de selfies tricolores (Boursorama.com).

26/11 Mines antipersonnelles : Handicap International s’alarme de la recrudescence du nombre de victimes dans le monde, en hausse de 12% par rapport à 2013. L’utilisation de mines est pourtant interdites depuis 1999 par le Traité d’Ottawa. En 2014 dix personnes étaient victimes de ces armes chaque jour dans le monde. 80% des victimes sont des civils et un tiers des enfants (Reliefweb.int).

26/11 Etat d’urgence : 58 personnes sont soupçonnées d’avoir participé à un rassemblement de soutien aux migrants, qui a réuni quelques centaines de personnes le 22/11 à Paris. Elles ont «commis ou tenté de commettre l’infraction de violation d’une interdiction de manifestation prise en vertu de l’état d’urgence», selon le procès verbal. Les personnes qui enfreignent l’arrêté d’interdiction encourent jusqu’à six mois d’emprisonnement et une amende de 7 500 euros. Les policiers n’ont procédé à aucun contrôle d’identité pendant la manifestation et ont identifié les contrevenants grâce aux images des caméras de vidéo surveillance. Certaines personnes qui n’étaient pas présentes ont été convoquées. Par ailleurs, la préfecture d’Eure et Loire vient d’interdire aux militants de «Cap sur la Cop» de traverser le département. Ce convoi rassemble 200 opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes qui se rendent en vélos et tracteurs à Paris. L’arrêté préfectoral qualifie ces militants de «groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente» (Brujita.fr).

27/11 Etat d’urgence : plusieurs assignations à résidence et perquisitions ont visé des militants proches des « milieux zadistes » et écologistes dans toute la France. Six personnes ont été assignées à Rennes, ainsi qu’un membre de l’équipe juridique de la Coalition Climat 21, qui rassemble 130 associations. Les policiers ont également tenté de notifier cette mesure à plusieurs personnes à Rouen et à Lyon, notamment. Des perquisitions ont eu lieu à Ivry-sur-Seine (94) et chez des maraîchers bio de Dordogne. Vingt quatre militants au total ont été assignés à résidence, dans le but de les empêcher d’aller manifester à Paris lors de la COP21. Plusieurs membres d’associations écologistes ont également reçu la visite de la police, qui souhaitait s’informer sur leurs activités du week-end (Le Monde). Plusieurs dérives ont été constatées. Une fillette a notamment été blessée parce que le Raid s’était trompé d’appartement. Pour recenser les abus, la Quadrature du net a créé un site. Le journal Le Monde a également ouvert un Observatoire de l’état d’urgence (Francetvinfo). La France a informé le Conseil de l’Europe qu’elle allait «déroger à la convention européenne des droits de l’homme» avec l’état d’urgence, une procédure qui la prémunit d’éventuelles condamnations devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme (Libération). Valls exprime également son refus que le Conseil constitutionnel mette son nez dans l’état d’urgence (Slate.fr 20/11). Au moins 300 personnes ont bravé place de la République à Paris l’interdiction de «manifestation de voie publique» instaurée par l’état d’urgence, pour protester contre cet arrêté préfectoral en vigueur jusqu’au 30 novembre. «Il est clair que l’état d’urgence va profiter au gouvernement pour raser tout ce qui bouge au niveau associatif et pour faire en sorte que les mouvements contestataires se taisent», a dénoncé le porte-parole de l’association Droits devant ! (20minutes). Cette manifestation a donné lieu à 289 interpellations et 174 gardes à vue (Figaro 29/11).

29/11 Réfugiés : les dirigeants européens et la Turquie se sont mis d’accord sur un fonds de trois milliards d’euros pour aider la Turquie à accueillir des syriens. Les deux parties ont également décidé d’activer un “plan d’action commun” pour endiguer l’afflux de réfugiés (Figaro). le 28/11 la Macédoine a commencé à construire une clôture à sa frontière avec la Grèce, pour mieux contrôler l’afflux de migrants (Libération). Le 14/11 la Pologne a pris prétexte des attentats de Paris la veille pour suspendre l’accueil de réfugiés (Euractiv.fr). Le 13/11 l’Autriche annonçait la construction d’une clôture sur une section de sa frontière avec la Slovénie, une première au sein de l’espace Schengen (AFP). Le 11/11 la Slovénie a commencé à poser des barbelés à sa frontière avec la Croatie pour mieux contrôler l’arrivée des migrants (L’Express). Le 12/11 à Malte une cinquantaine de dirigeants africains et européens se sont réunis. l’UE s’engage à verser 1,8 milliards d’euros afin de freiner les flux migratoires provenant d’Afrique vers l’Europe (France24).

Zong du Groupe Déjacque (FA)

Crédit Photo : http://www.45enord.ca/2015/11/nouvelle-serie-de-frappes-aeriennes-turques-contre-le-pkk-en-turquie-et-en-irak/