DĂ©cembre 16, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
344 visites


Depuis plusieurs mois, partout c’est le constat d’une augmentation des dĂ©penses courantes, Ă©nergie, carburant, prix alimentaires
 tandis que les salaires, minimas sociaux et pensions ne suivent pas, voire ont largement dĂ©crochĂ© !

L’inflation de 2,8% s’installe et enfle, tandis que le patronat distribue au mieux des miettes dans les NAO (NĂ©gociations Annuelles Obligatoires), et que le gouvernement n’a toujours pas rĂ©Ă©valuĂ© le point d’indice dans la fonction publique depuis plus de 10 ans et propose une augmentation du SMIC de 0,9 % ! (elle serait de 25% en Allemagne !). Les mesurettes annoncĂ©es, 100 euros au chĂšque Ă©nergie, l’indemnitĂ© inflation de 100 euros, le gel du prix du gaz, restent largement insuffisantes, ponctuelles et ne compensent pas ce dĂ©crochage.



C’est le SMIC qu’il faut rĂ©Ă©valuer de maniĂšre significative, les salaires, les pensions, les minima sociaux qu’il faut augmenter et le point d’indice qu’il faut dĂ©geler !

La crise Covid, le ralentissement de la production mondiale ont bon dos ! Plus personne ne parle des choix politiques faits en termes de rĂ©partition des richesses.

Sous l’ùre Macron, 5 % des mĂ©nages les plus modestes (ceux qui vivent avec moins de 800 euros par mois) ont perdu jusqu’à 0,5 % de pouvoir d’achat. (chiffres de l’étude de l’institut indĂ©pendant des politiques publiques novembre 2021). Les mesures de ce gouvernement ont favorisĂ© les dĂ©tenteurs du capital, les plus riches. Et le maintien coĂ»te que coĂ»te de la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage aggravera la paupĂ©risation des plus prĂ©caires.

Pendant ce temps-lĂ , c’est pas loin de 51 milliards qui ont Ă©tĂ© versĂ©s en dividendes pendant la pandĂ©mie, tandis que les scandales sur la fraude fiscale continuent !

La colĂšre monte partout, les luttes et les grĂšves, avec des revendications principales sur les salaires ont fleuri partout sur le territoire  : dans les entreprises du commerce (Leroy Merlin, DĂ©cathlon, Labeyrie..), de l’industrie, la chimie (Bergams, Sanofi), le transport (Transdev), Ă  la SNCF, mais aussi les luttes qui persistent dans l’éducation (AESH, AED, animation pĂ©riscolaire), dans le secteur associatif, la santĂ©, le social


Il s’agit maintenant de les faire converger, de les faire croĂźtre pour inverser le rapport de force ! Solidaires appelle Ă  faire campagne dans tous les secteurs et Ă  dĂ©cliner s’appuyer sur ces revendications pour construire les mobilisations :

– un SMIC Ă  1 700 euros net

- des augmentations de salaires, pensions, minima sociaux de 400 euros

- un Ă©cart de salaires de 1 Ă  5 (entre les plus bas et plus hauts salaires dans les

entreprises, administrations)

- le RSA pour les moins de 25 ans

Solidaires, travaille à tous les niveaux intersyndicalement à la construction de la mobilisation afin d’arracher au gouvernement et au patronat le juste partage des richesses.




Source: Solidaires.org