Septembre 1, 2019
Par Paris Luttes
180 visites


Alors que la guerre fait rage en Syrie et que les réfugié·e·s arrivent en Europe, en France et à Saint-Denis…

Jeudi 29 août à 9h au matin, 15 familles ont été mises à la rue par la police sur ordre de la préfecture au 6, rue Raspail, à côté du square de Geyter. Cela concerne 38 enfants, de 1 à 15 ans et 33 adultes. L’expulsion a été violente avec menaces au taser et les familles n’ont rien pu récupérer (objets et papiers personnels), car tout a été jeté à la benne.

Ces personnes ont fui la guerre, subissant de nombreux traumatismes. Leur préoccupation principale est aujourd’hui de rester à Saint-Denis, lieu d’attache, de socialisation et de scolarisation pour une partie des enfants. Leur investissement au cours de plusieurs événements culturels de la ville montre une vraie volonté d’intégration. Après la guerre, après les chemins de l’exil (par le Sahara), cette expulsion prolonge les violences déjà vécues et fragilise encore un peu plus ces familles.

Nous, tissu associatif et militant de Saint-Denis, leur apportons toute notre solidarité.

La mairie a été sollicitée pour qu’elle intervienne auprès de la préfecture afin que les familles soient hébergées d’urgence dès jeudi soir. L’essentiel des familles n’a pas eu de proposition d’hébergement. Résultat : les familles dorment dans le square (parc) de Geyter.

Pourtant, la rentrée est dans 2 jours ! Parmi les enfants mis à la rue, 11 sont scolarisés à Saint-Denis et doivent y faire leur rentrée lundi. D’autres sont suivis par une association départementale et agréée qui permet l’accès et la pérennité de la scolarisation.

Les familles ont besoin d’être relogées. La préfecture doit prendre ses responsabilités (régularisation, stabilisation puis relogement). La mairie, fidèle à l’histoire de son territoire, doit soutenir ses habitant·e·s face à l’État (domiciliation, action sur l’hébergement, suivi social).

Pour cela, nous demandons l’organisation d’une table ronde avec les institutions concernées : la préfecture, le conseil départemental, la mairie, Emmaüs, les familles, leurs soutiens et les associations à Saint-Denis.

Manifestation lundi 2 septembre à 18h devant la mairie de Saint-Denis

pour aller ensemble à la sous-préfecture. Rappelons que la rentrée des classes a lieu lundi et que ce jour-là, des enfants auront repris l’école alors qu’ils sont à la rue.

Pas d’enfants ni d’adultes à la rue !

Solidarité avec les réfugié·e·s !

Venez soutenir les familles sur place (duvets, vêtements adultes et enfants, sourire et solidarité, etc.).




Source: Paris-luttes.info