Octobre 6, 2021
Par Paris Luttes
115 visites


Information violences policiÚres / Appel à témoignages

[TW : Violences sexistes et lesbophobes]

QUAND : Dans la nuit de dimanche 26 Ă  lundi 27 septembre 2021, vers 1h du matin.

OÙ : au Noctilien 143 direction gare de l’Est (Ă  la sortie de la soirĂ©e barbiturix Ă  la centrale93) Ă  st Denis arrĂȘt Porte de Paris.

QUI : 3 meufs victimes d’agression qui partent en garde Ă  vue car inculpĂ©es.

LES FAITS :

○Il y a plusieurs personnes, dont une dizaine de meufs, Ă  attendre le noctilien N143 en direction de gare de l’Est Ă  l’arrĂȘt porte de Paris.

○DĂšs que les premiĂšres montent dans le bus, le chauffeur est de suite agressif. Il exige qu’elles descendent et qu’elles sortent afin de leur « apprendre le respect Â». Il tente de les soumettre Ă  sa virilitĂ©.

○La premiĂšre prend un ticket, le valide et refuse de descendre. Il tente de lui bloquer le passage avec des bĂąches en plastique. Elle rentre quand mĂȘme et va s’asseoir. Il bloque alors l’entrĂ©e du bus avec une porte transparente en plastique dur afin de l’isoler du reste du groupe et que les autres filles ne puissent pas monter.

○Il se met Ă  hurler et Ă  l’insulter. Il bondit sur elle accompagnĂ© de son collĂšgue avec rage, fureur et violence. Elle dit qu’ils n’ont pas le droit de la toucher, qu’elle a son masque et son billet. Ils la chopent, la maltraitent, l’éjectent de son siĂšge en la faisant tomber par terre et la plaquent au sol. Le chauffeur la soulĂšve par les jambes et son collĂšgue par les poignets. Ils la maintiennent suspendu en hauteur. Celui qui lui maintient les poignets la lĂąche. Elle tombe alors de sa hauteur sur le dos et la tĂȘte car le chauffeur, lui, continue de la maintenir de sa hauteur par les jambes. Il la traĂźne sur tout le long de l’allĂ©e du bus. Lui donne des coups. Tente de lui arracher son ticket. La fait dĂ©gringoler dans les escaliers de l’entrĂ©e du bus.

○Des usagers du noctilien se lĂšvent et tentent de venir Ă  son aide. A l’extĂ©rieur les filles qui voulaient monter tentent de l’aider aussi. Le chauffeur continue de hurler en insultant le groupe de meufs et en les menaçant de leur casser la gueule et de vouloir les « dĂ©truire Â». Des gens tentent de le retenir. Il se met Ă  les poursuivre.

○Des flics arrivent, ce n’est pas clair s’il s’agit d’une patrouille ou si le collĂšgue du chauffeur les a appelĂ©. En tout cas, les flics et le conducteur semblent peut-ĂȘtre se connaĂźtre, ils se tutoient et communiquent avec complicitĂ©. Les flics sont agressifs. Ils demandent Ă  toutes les meufs de se mettre contre le mur pour palpation. Le conducteur en dĂ©signe 3 d’entre elles. Elles sont alors menottĂ©es violemment et embarquĂ©es dans 2 voitures diffĂ©rentes dans un premier commissariat, celui de La Plaine de St Denis.

○Au commissariat de La Plaine, menottĂ©es sur des bancs, elles subissent de la violence physique (une reçoit un coup de poing au visage) ainsi que de la violence verbale (« salles putes Â», « fermez vos gueules pĂ©tasses Â», « enculĂ©es de gaucho Â», « on va vous Ă©craser Â», « mai 68 on va vous le faire payer Â», « on va jeter vos corps Ă  la Seine Â», etc. ).

○Le chauffeur porte plainte contre elles en les accusant, d’une part, de dĂ©gradation et, d’autre part, de rassemblement organisĂ© violent avec coups et blessures Ă  son encontre.

○Elles font 18h de garde à vue au sein d’un second commissariat, celui de l’avenue Jean Moulin à St Denis.

đŸ”„L’affaire n’est pas encore classĂ©e. Il semble que des (pour)suites puissent avoir lieu contre elles.

đŸ”„Elles n’ont d’autre analyse que de penser que toute cette violence envers elles est une agression sexiste et lesbophobe.

đŸ”„Elles appellent aux tĂ©moignages des personnes qui Ă©taient prĂ©sentes sur les lieux, Ă  la diffusion massive de cette information et Ă  l’entre-aide. (N’hĂ©sitez pas Ă  contacter les personnes diffusant cette information).

mail de contact : organeorange @ riseup.net




Source: Paris-luttes.info