Ouest-France / mardi 1er septembre 2020

« On subit beaucoup de petit vandalisme sur les chantiers : vols de carburant, de batteries… Mais ces derniers jours, on a franchi un palier… » Jean-Marie Lessard est furieux. Mardi matin, sur le chantier de construction de la rocade sud de Saint-Brieuc, ses équipes ont découvert une de leurs machines littéralement « broyée » à coups de pelleteuse. Lessard TP avait investi dans ce compacteur de 25 t très récemment, pour un coût avoisinant les 130 000 €.

Dès dimanche, l’engin a subi des dégradations. Une ou plusieurs personnes malintentionnées ont lancé l’engin dans le vide. « On sait que ça a eu lieu entre 10 h 30 et 18 h. Un voisin a pris une photo. La personne a dû enclencher la marche avant et sauter avant que le compacteur ne tombe dans le vide. » Lundi, l’entreprise estimait à 25 – 30 000 € le coût des réparations.
Mais les vandales ont achevé la machine la nuit suivante. « Ils ont dû prendre une pelleteuse qui était à 500 m de là pour détruire le compacteur. » L’entreprise Eurovia travaillait pourtant cette nuit sur le même chantier non loin de là à quelques centaines de mètres, mais les ouvriers n’ont rien vu. Cette machine de 130 000 € est une lourde perte pour l’entreprise. « Nous n’avons pas d’assurance pour le vandalisme », explique le patron.
Les policiers de Saint-Brieuc ont ouvert une enquête pour tenter de retrouver les auteurs. Des relevés d’empreintes ont été réalisés par les techniciens de la police scientifique. […]


Article publié le 02 Sep 2020 sur Attaque.noblogs.org