[unable to retrieve full-text content]

Si l’extrême-droite a connu un certain développement dans les précédentes années en s’agglomérant autour de groupes Facebook populistes et islamophobes et de chefs autoproclamés, force est de constater que la mouvance s’est définitivement éteinte plusieurs mois avant ce confinement, laissant place à une constellation d’individus rivalisant d’égos et de phrases creuses. Nous pouvons déjà tirer une conclusion importante de ce dénouement précipité : ce n’est pas l’opinion publique (que l’on a vu bien ouverte à la circulation des préjugés les plus grossiers envers les minorités en se cachant derrière une curieuse conception de la liberté d’expression), ni les autorités (qui ont au contraire veillé à protéger ces réseaux haineux), mais bien l’action courageuse de militants et militantes antiracistes et de communautés mobilisées qui a mis en déroute les efforts d’organisations d’extrême-droite comme La Meute et Storm Alliance.

Différents scénarios auraient pu être possibles au cours de la période de confinement. Heureusement, la tendance générale semble demeurer la désintégration, mais la vigilance reste importante. Aujourd’hui comme hier, pour chacun de leurs gestes haineux, les ordures minifascistes peuvent s’attendre à une riposte énergique avec de multiples actions pour construire et défendre une communauté inclusive et antiraciste.

Dans la saga tragi-comique de nos minifascistes régionaux et au-delà, quelques perles méritent d’être relevées et commentées pour observer les développements notés plus haut.

Entre deux cueillettes de vers de terre pour les marchés au puce de Facebook, Sébastien Gagnon de Chicoutimi-Nord, ancien directeur de Storm Alliance et ancien membre de La Meute, semble principalement demeuré actif dans la fachosphère afin de cultiver sa rengaine envers nous et des antiracistes de la région. La situation actuelle est source d’une profonde dissonance chez lui. Plusieurs de ses amis d’extrême-droite, dont il aimait et partageait les fausses nouvelles portant sur l’Islam et des invasions de migrants, propagent maintenant des fausses nouvelles sur la Covid-19… Qui s’en surprend? Il y a bien lui apparemment.

La base Facebook de l’extrême-droite québécoise étant toujours à la recherche d’un nouveau gourou, voilà que « Steeve L’Artiss Charland », chassé de La Meute après une crise d’égo et maintenant animateur d’un groupe de suiveux, tente de rallier autour de lui les adeptes de fausses nouvelles (qui sont à la base même de la recette de la fachosphère). Après de trop nombreux déboires, le personnage réussit peu. Guylaine Tremblay, qui demeure sympathisante de l’extrême-droite après son implication dans les groupuscules régionaux, s’alerte du comportement de ses amis suiveux. Marie-Josée Dufour (Marie-Louve), l’ancienne chef du Clan 02 de La Meute, blâme l’Artiss pour le déclin de La Meute – nous nous souviendrons par contre de la bassesse et du ridicule sans nom des initiatives qu’elle a organisé au clan 02, du visage rougit de honte lorsqu’elle a tenté d’instrumentaliser la soupe populaire de Chicoutimi ou après l’action d’antifascistes à leur rassemblement raté sur la rue Racine en 2018!
 
 Pendant que les ex-chefs continueront de tergiverser sur leur abandon du bateau de l’extrême-droite tout en ménageant leur égo, une autre partie de l’extrême-droite est plongée dans la diffusion des fausses nouvelles sur le Covid-19 et cherche à associer un complot « mondialiste » à la gestion sanitaire de la pandémie. Comme le chante Céline Dion : « On ne change pas, on ne cache qu’un instant de soi »; une nouvelle reconfiguration de l’extrême-droite n’est visiblement pas pour bientôt. Nous n’avons à ce jour pas encore de statistiques sur le nombre de militants et militantes d’extrême-droite du Québec qui se sont laissé-e-s séduire par les paroles de Donald Trump et ont essayé l’hydroxychloroquine ou le désinfectant, mais cela ne devrait tarder. Éric Proulx, suprémaciste blanc de Saint-Fulgence et ex-chef de La Meute, dont les membres l’avaient surnommé « Ti-loup fourre-tout » pour son inconduite sexuelle tolérée au sein de la haute-direction, saura peut-être convaincre quelques suiveux avec ses publications Facebook. À suivre…
Shit-stain

Article publié le 23 Mai 2020 sur Ucl-saguenay.blogspot.com