Novembre 14, 2020
Par Paris Luttes
230 visites


À la sortie du premier confinement, une initiative nationale “contre la réintoxication du monde” a été impulsée par une large coalition. L’idée est de résister sur les lieux qui sont menacés par des projets socialement et écologiquement dangereux. Une nouvelle date a été fixée le 17 novembre, et les collectifs locaux mobilisés contre les dégâts des JOP de Paris 2024 se rassemblent pour manifester.

Ces JOP s’appellent Paris2024. Pourtant, c’est bien en Seine Saint-Denis qu’ils auront lieu. « L’héritage local » de ces investissements gigantesques dont se vantent les promoteurs des JOP (quelques équipements collectifs) cache une longue liste de destructions, de pollutions, d’expulsions et de spéculations. Tout ça avec une absence totale de démocratie dans les processus de transformation urbaine !

Les JOP servent avant tout aux aménageurs étatiques et aux promoteurs privés pour faire avancer leurs projets de bétonisation et accélérer la mise en œuvre du Grand Paris. Derrière un habillage vert, la réalité c’est :

  • Un diffuseur autoroutier de l’A86 complet à 5 bretelles à proximité immédiate du groupe scolaire Pleyel-Anatole France, mettant en danger la santé et la sécurité de près de 700 élèves âgé.es de 3 à 12 ans.
  • + de 10 000m² de jardins ouvriers vieux de 100 ans détruits au Fort d’Aubervilliers, sanctuaire de biodiversité au sein de la ville la plus bétonnée du 93.
  • La destruction de 70 000m² du Parc Georges Valbon à la Courneuve, poumon vert du 93, mettant en danger des espèces protégées, pour réaliser le cluster des médias.
  • Une gare en plein champ du Triangle de Gonesse, inutile pour le Val-d’Oise et la Seine-Saint-Denis.
  • Une ligne de métro directe Roissy-Paris pour touristes et clientèle d’affaires, remise en cause par la justice et sans intérêt pour les habitants de la Seine-Saint-Denis.
  • Près de 300 résidents du foyer Adef à Saint-Ouen expulsés sans solution satisfaisante de relogement, pour réaliser le village olympique qui logera les athlètes pendant 3 semaines.
  • La tour Pleyel transformée en hôtel de luxe (700 chambres). Dans un département où le logement insalubre n’est pas résorbé (indécent !).
  • La destruction du gymnase du Lycée Professionnel Marcel Cachin de 1000 m², alors qu’il doit devenir la pierre centrale du futur Campus des métiers du sport ne sera pourvu que d’une salle de sport d’à peine 300 m². Le 93 est le dernier département de France en matière d’équipements sportifs de proximité !

L’héritage des JOP, pour le 93, ce sera toujours plus de béton, des prix en hausse, la chasse aux pauvres, une dégradation de la qualité de l’air, et une réduction des espaces verts mettant en danger notre santé. Les beaux discours cachent l’absence de démocratie et d’investissements publics. En passant, les JOP auront aussi généré une quantité immonde de CO2.

Face à la spéculation, aux projets pharaoniques et polluants qui nous sont imposés,

organisons-nous ! Ensemble, défendons nos territoires, nos espaces verts, nos voisin.e.s, nos enfants et notre qualité de vie.

Monde d’avant ou monde d’après, il va falloir choisir.

Signataires :

Collectif Citoyen “ Notre Parc N’est Pas à Vendre “, Collectif de défense des Jardins Ouvriers d’Aubervilliers, Collectif Lamaze, Collectif Pleyel à venir, Collectif pour la défense et l’extension du parc Georges-Valbon à La Courneuve, Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), Collectif Nout, Comité de Vigilance JO 2024 St Denis, Comité de la Société des Jardins Ouvriers des Vertus, Non aux JO 2024 à Paris, Assemblée Citoyenne des Gilets Jaunes de La Plaine St Denis, Brigades de Solidarité Populaire Pantin-Aubervilliers, Cahiers Citoyens de Plaine Commune, Conseil Citoyen Centre Ville de Saint Denis, DAL, Extinction Rebellion Pantin et alentours, MRAP St Denis, SNEPFSU 93, Ensemble Aubervilliers, France Insoumise Saint-Denis, Montreuil Rebelle, NPA 93, Saint-Denis en Commun




Source: Paris-luttes.info