Alexei Soutouga, militant antifasciste et anarchiste russe de Moscou est décédé le 1er septembre 2020. Alexei aura connu une vie de lutte et d’engagement sans failles : faisant face à la prison et à la répression d’État (l’affaire montée de toutes pièces du café Sbarro), actif dans la scène contre-culturelle punk antifasciste, participant à la fondation d’Action Autonome en Russie et permettant à la scène antifasciste, anticapitaliste et autonome de se développer et de s’asseoir sur ces bases.

Toutes nos pensées et notre soutien vont vers sa famille, ses ami.e.s et ses camarades. Vous pouvez faire un don à la mère d’Alexeï pour l’aider à couvrir les coûts funéraires à cette adresse : https://www.paypal.me/sutugaolga.

Voici le communiqué d’Action Autonome, traduit par nos camarades québecois du collectif Emma Goldman :

Dans la matinée du 1er septembre, l’anarchiste Alexeï « Socrate » Soutouga, âgé de 34 ans, est décédé des suites de blessures sévères à la tête, à l’unité de soins intensifs de l’Institut Sklifosovsky. Depuis plus d’une semaine, les médecins tentaient tout pour lui sauver la vie, mais ses blessures étaient trop sérieuses.

Alexeï est mort à la suite d’une bataille près d’une épicerie le 23 août dans les environs de la station de métro Baumanskaïa, dans le centre de Moscou. Les circonstances entourant l’incident n’ont pas encore été éclaircies. Quatre personnes, qui ont apparemment pris part au tabassage d’Alexeï, ont été détenues. Dans l’affaire criminelle, la famille Soutouga est représentée par un avocat reconnu et nous espérons que grâce à celui-ci nous pourrons connaître les détails de ce qui s’est produit cette soirée. Jusqu’à maintenant, il n’y a pas de raison de croire que cette attaque ait été motivée par des motifs politiques.

Alexeï Soutouga a pris part à la création d’Action Autonome [Ndt. Organisation fédérant de nombreux collectifs communistes libertaires et autonomes en Russie et dans les pays limitrophes] au début des années 2000. Au départ, il participait au collectif local d’Irkoutsk, puis a rejoint à celui de Moscou. Il a participé à de multiples initiatives anarchistes. Il serait impossible de toutes les lister ici.

“Socrate, tu es libre!” “J’arrive, j’arrive!”

L’antifascisme a toujours été l’une de ses priorités. Il a été emprisonné deux fois à la suite de combats avec des néonazis, qui avaient été le dénoncer à la police après s’être fait ramasser. La dernière fois, les néonazis avaient littéralement raconté à leurs amis en uniforme qu’ils avaient été attaqués par « ce même terrible Socrate dont les photos étaient sur l’internet ».

Alexeï s’est impliqué dans différents projets créatifs : il était chanteur de la formation punk-oï Working Boys, prenait part aux performances du théâtre Teatr.doc et en mai dernier ses mémoires de prisons « Dialogues à propos de la prison » avaient été publiés en russe.

 

Dans les dernières années de sa vie, Alexeï a vécu à Moscou, travaillant dans la construction, les réparations et comme échafaudeur. L’antifascisme est demeuré important pour lui : il hébergeait le compte Telegram Antifa Jokes et se battait occasionnellement contre la droite radicale dans les rues.

Alexeï a également participé à la publication du magazine Avtonom, à l’organisation de séries de discussions sur le journal et a joint de nombreuses actions anarchistes dans les rues.

Son fils entrait en 3e année cet automne.

Action Autonome

Vous pouvez faire un don à la mère d’Alexeï pour l’aider à couvrir les coûts funéraires à cette adresse : https://www.paypal.me/sutugaolga

Traduction du Blogue du Collectif Emma Goldman


Article publié le 05 Sep 2020 sur Lahorde.samizdat.net