Darmanin qui interdit aux associations humanitaires de distribuer de la nourriture aux migrants dans le centre de Calais. Pompili qui rĂ©autorise les nĂ©onicotinoĂŻdes tueurs d’abeille dans les champs de betteraves. Zemmour qui continue de cracher sa bile sur tous les Ă©crans. Cette journaliste du Figaro qui assimile aux terroristes du 11-Septembre une Ă©tudiante donnant en ligne des conseils de cuisine pas chĂšre, juste parce qu’elle a le tort de porter le voile. Ces dĂ©putĂ©s qui quittent l’AssemblĂ©e parce que la reprĂ©sentante d’un syndicat Ă©tudiant invitĂ©e sur place porte elle aussi un voile (en toute lĂ©galitĂ©). Trump qui annonce de plus en plus clairement qu’en cas de dĂ©faite aux Ă©lections du 3 novembre, il n’acceptera pas de quitter le pouvoir…

Ça s’accumule un chouĂŻa, non ? En tout cas, nous on s’interroge : ces malfaisants branquignols mĂ©ritent-ils qu’on leur consacre un Ă©dito argumentĂ©, une analyse fouillĂ©e dĂ©cortiquant les bas ressorts de leur vilĂ©nie ? Notre rĂ©ponse ce mois-ci : non. Basta, ça suffit. Qu’ils aillent tous se faire cuire les miches dans un bain de sauce piquante. Et qu’on se le tienne pour dit : jusqu’à nouvel ordre, cette rubrique est en grĂšve.


La Une du n°191 de CQFD, illustrée par Cécile K. {JPEG}

- Cet Ă©dito en grĂšve a Ă©tĂ© publiĂ© sur papier dans le n° 191 de CQFD, en kiosque du 2 octobre au 5 novembre. En voir le sommaire.


Article publié le 02 Oct 2020 sur Cqfd-journal.org