Septembre 12, 2021
Par Le Monde Libertaire
269 visites


Plus d’un an s’est Ă©coulĂ© depuis le dĂ©but des protestations en BiĂ©lorussie causĂ©es par des Ă©lections falsifiĂ©es . Beaucoup de nos camarades ont Ă©tĂ© mis derriĂšre les barreaux, beaucoup ont dĂ» fuir le pays, l’activitĂ© publique est entravĂ©e non seulement pour les anarchistes, mais pour toutes les associations et groupes dissidents. Vous trouverez ci-dessous une brĂšve mise Ă  jour sur la situation des rĂ©pressions en BiĂ©lorussie, avec un accent particulier sur les anarchistes et les antifascistes.
Nous essaierons de publier ces mises Ă  jour Ă  la fin de chaque mois.

RĂ©pression contre les anarchistes et les antifascistes
Quatre autres anarchistes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s avec des accusations criminelles pour avoir participĂ© aux manifestations d’aoĂ»t-septembre de l’annĂ©e derniĂšre. Aleksandr Belov et Evgeny Rubashko ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s le 29 juillet et placĂ©s en dĂ©tention dans les 10 jours suivants. Ils ont Ă©tĂ© battus pour leur extorquer des aveux et les mots de passe de leurs appareils. Le colocataire d’Evgeny a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© pendant 14 jours pour obstruction, puis expulsĂ© du BĂ©larus avec une interdiction d’entrĂ©e sur le territoire pendant 7 ans.
Deux anarchistes portant le mĂȘme nom – Artiom Solovey – ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s le 4 aoĂ»t, puis inculpĂ©s de violation grave de l’ordre public lors de manifestations.
Les 4 et 11 aoĂ»t, la police a fouillĂ© plus de 10 appartements et arrĂȘtĂ© 9 militants qui ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s pour obstruction et ont passĂ© 10 Ă  15 jours en dĂ©tention. L’un d’entre eux, Ilya Senko, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© pour 15 jours supplĂ©mentaires pour avoir refusĂ© de tĂ©moigner contre lui-mĂȘme. Son domicile a Ă©tĂ© fouillĂ© deux fois ce mois-ci. Le 3 septembre, il a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©.
L’antifasciste brestois Denis Zhuk a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  quatre ans de prison pour participation Ă  des Ă©meutes de masse.
Les anarchistes subissent aussi des pressions en prison. Mikita Yemelyanau et Artiom Solovey ont Ă©tĂ© mis dans une cellule de punition pendant 7 jours. L’antifaciste Igor Bancer a dĂ©jĂ  passĂ© 30 jours en isolement administratif. Ils ont tous un badge spĂ©cial indiquant qu’ils sont enclins Ă  l’extrĂ©misme, donc nĂ©cessitent plus d’attention de la part des gardes. Les antifascistes Timur et Tamaz Pipiyas ont signalĂ© une absence totale de courrier aprĂšs le verdict.
Les partisans anarchistes Ihar Alinevich, Dzmitry Dubouski, Dzmitry Rezanovich, Sergey Romanov ont reçu leurs charges dĂ©finitives et leurs dossiers commencent Ă  ĂȘtre examinĂ©s. Les charges leur sont inconnues en raison de la dĂ©claration de non-divulgation des avocats. Le procĂšs devrait avoir lieu dans quelques mois. ABC-Belarus soutient les anarchistes et les antifascistes qui souffrent de la persĂ©cution. Vous pouvez faire un don en utilisant les dĂ©tails du transfert sur cette page :
https://abc-belarus.org/?page_id=8661&⟹=en.

La répression en général
En aoĂ»t, l’État a finalisĂ© la rĂ©pression contre les mĂ©dias indĂ©pendants, les dĂ©fenseurs des droits de l’homme et les ONG. DĂ©sormais, toutes les ONG sont fermĂ©es ou sont en passe de l’ĂȘtre.
Notre liste de manifestants incarcĂ©rĂ©s et persĂ©cutĂ©s s’élĂšve Ă  plus de 1 000 personnes. Le plus grand scandale actuel est que les autoritĂ©s biĂ©lorusses font venir des migrants irakiens et autres dans le pays et les aident Ă  franchir les frontiĂšres europĂ©ennes, c’est pourquoi la Lituanie, la Lettonie et la Pologne ont commencĂ© Ă  construire une clĂŽture mĂ©tallique le long de leur frontiĂšre. Certains migrants sont bloquĂ©s dans la zone neutre, les gardes-frontiĂšres biĂ©lorusses et europĂ©ens ne les laissant entrer d’aucun cĂŽtĂ©.
La torture serait utilisĂ©e dans les centres de dĂ©tention temporaire oĂč les personnes arrĂȘtĂ©es administrativement sont dĂ©tenues – les personnes ne reçoivent pas de draps ou de matelas, sont privĂ©es de sommeil et empoisonnĂ©es avec du chlore qui est mis sur le sol. Ils ne reçoivent pas de colis de nourriture de l’extĂ©rieur.
Les personnes qui sont envoyĂ©es pour purger leur peine font Ă©tat de mauvais traitements et de punitions. Les avocats ne peuvent pas voir leurs clients pendant des semaines, les proches sont inquiets. Lorsque les condamnĂ©s tentent de faire appel, leur peine devient parfois plus sĂ©vĂšre. Les procĂšs des hommes politiques importants et “dangereux pour le rĂ©gime” sont fermĂ©s au public. Plusieurs prisonniers politiques ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s ce mois-ci aprĂšs avoir signĂ© la pĂ©tition de grĂące. Les personnes qui travaillent pour des entreprises d’État signalent des licenciements massifs de ceux qui ont participĂ© aux manifestations de quelque maniĂšre que ce soit. Les familles ayant un passĂ© de contestataire sont soumises Ă  des inspections de contrĂŽle des enfants.
136 personnes ont Ă©tĂ© condamnĂ©es pour des motifs politiques au cours du seul mois d’aoĂ»t.

Que se passe-t-il avec les manifestations ?

En gĂ©nĂ©ral, la plupart des gens ont maintenant peur d’aller manifester dans la rue, donc l’activitĂ© se limite Ă  de petites actions symboliques dans les quartiers. Dans le mĂȘme temps, une grande partie du travail est consacrĂ©e Ă  la pression internationale sur le rĂ©gime, comme l’annulation d’évĂ©nements sportifs, l’interdiction du BĂ©larus Ă  l’Eurovision, la pression sur les entreprises pour qu’elles ne coopĂšrent pas avec le rĂ©gime. Des Ă©quipes spĂ©ciales travaillent Ă  la collaboration avec les travailleurs de l’État de diffĂ©rentes institutions qui souhaitent un changement, ou essaient d’unir tous les travailleurs et de les prĂ©parer Ă  une grĂšve nationale.
L’opposition a annoncĂ© un « Plan de Victoire » qui implique que les personnes qui ne soutiennent pas le rĂ©gime s’inscrivent comme manifestants prĂȘts Ă  agir et fournissent des dĂ©tails sur leur profession, etc. Les initiateurs espĂšrent obtenir un ensemble de personnes de toutes les sphĂšres de la vie pour former ensuite des groupes d’affinitĂ© Ă  partir de ces personnes, sur la base de lieux de travail ou de compĂ©tences communes.
Un groupe appelĂ© CyberPartisans a revendiquĂ© quelques attaques de piratage informatique sur des courriels officiels, des sites web et des serveurs d’agences gouvernementales. Ils ont divulguĂ© des informations personnelles de flics et d’agents du KGB, des enregistrements vidĂ©o de centres de dĂ©tention, etc.




Source: Monde-libertaire.fr