Mai 3, 2021
Par infokiosques
263 visites




Royaume-Uni : communiqué du collectif 325, à propos de l’attaque répressive contre la contre-information internationale

mis en ligne le 3 mai 2021.

Le 29 mars 2021, la police néerlandaise a fait une descente dans le data center qui héberge le serveur nostate.net et a carrément saisit le serveur, dans le cadre d’une enquête criminelle pour « terrorisme ». Nostate.net est un collectif qui fournissait une plateforme pour des sites web subversifs, au niveau international, comme des groupes de solidarité avec les prisonnier.e.s, des collectifs de différentes campagnes, des sites liés à des contre-sommets et des sites de contre-information internationale. Parmi les sites remarquables qui utilisaient nostate.net comme plateforme et qui ont été visés par cette attaque répressive de la police néerlandaise on trouve Anarchist Black Cross Berlin, Montreal Counter-Info, Northshore Counter-Info, Act For Freedom Now ! (maintenant réactivé sur noblogs.org, à l’adresse https://actforfree.noblogs.org/) et 325.

En tant que collectif, nous sommes conscient.e.s qu’il ne s’agit pas seulement d’une attaque de la police néerlandaise, mais que cela a été fait en collaboration avec la Counter Terrorism Unit du Royaume-Uni, en rapport avec leurs récentes attaques répressives à l’encontre des milieux anarchistes de ce pays. Non seulement ils nous ont menacé.e.s, mais, récemment, ils avaient menacé nostate.net, en leur demandant de fermer notre site. En plus de ça, ils ont demandé à l’hébergeur de leur donner des informations sur l’identité de toute personne impliquée dans le projet 325. Le niveau de l’attaque portée par les autorités contre nous-mêmes et contre toutes les personnes qu’ils suspectent de nous aider, ne nous surprend pas ; nombreux sont les exemples, à travers l’histoire, de répression, de la part des forces de l’État, de toute personne qui ose se mettre débout et les combattre.

Cette attaque répressive doit être considérée comme une attaque contre tout projet de contre-information, contre les milieux anarchistes au niveau international. Dans la situation actuelle de pandémie de Covid-19 et d’actions répressives de la part des États du monde entier, cela ne nous surprend pas qu’ils travaillent ensemble, au delà des frontières ; la récente répression subie par le compagnon anarchiste Gabriel Pomba Da Silva, avec la coopération entre les États espagnol, italien et portugais, est un exemple récent plus qu’évident.

Nous pensons encore à la répression contre Indymedia, en Allemagne et en Grèce, ainsi qu’à l’emprisonnement, il n’y a pas si longtemps, des compas impliqué.e.s dans Culmine, ParoleArmate et Croce Nera Anarchica, en Italie. Au fil du temps, le mouvement anarchiste a vu, au niveau international, ses moyens de communication pris pour cible, avec d’innombrables publications anarchistes qui ont vu leurs locaux perquisitionnés, des compas arrêté.e.s et même des publications censurées, voire détruites, comme cela a été le cas, dans un passé pas si lointain, avec « La joie armée » d’Alfredo M. Bonnano, en Italie, et même « Le soleil se lève encore » de la Conspiration des Cellules de Feu, en Grèce.

Ce n’est pas non plus une coïncidence si cette attaque répressive arrive maintenant, après la récente publication du numéro 12 de 325 [NdAtt. : la revue sur papier, que l’on peut télécharger ici.], nommé « Contre la Quatrième et la Cinquième Révolution Industrielle ». Cette publication qui, à notre avis, touche au cœur de ce que les États et le capitalisme sont en train de mettre en avant, déjà auparavant et encore plus maintenant, avec l’excuse de la pandémie de Covid-19, est une menace directe pour leurs plans d’asservissement, de robotisation et d’automatisation généralisés. Leur attaque a momentanément affecté la distribution de notre publication, à la fois en ligne et physiquement, mais elle a inévitablement échoué. Les technocrates qui veulent façonner notre monde en une société carcérale militarisée et technologique sont dévoilés, non seulement par nous-mêmes, mais aussi par les toujours plus nombreuses attaques qui visent leur infrastructures, au niveau international. Voilà ce qu’ils craignent, que cela puisse se développer, et c’est pourquoi ils s’en prennent à nous. D’après ce que nous savons, les flics qui essayent de nous traquer s’appuient sur des tactiques issues de leur vieux livre de ruses, en essayant de pousser les autres à moucharder et en éteignant la contre-information. Depuis leur « Opération Rhône », qui voulait réprimer les milieux anarchistes de Bristol, ils n’ont attrapé qu’une seule personne impliquée dans une attaque, mais personne qui soit impliqué.e dans la Fédération Anarchiste Informelle ou dans les innombrables autres attaques anarchistes.

Il est clair qu’ils n’ont étouffé aucun foyer de rébellion, comme le montrent l’émeute, l’attaque du poste de police et l’incendie de voitures des flics, le mois dernier.

Cela fait trop longtemps que le silence dure, sur cette île de conformité, pendant que le monde dehors recommence à brûler ; ces braises brillent encore et nous en ressentons la chaleur. Plus que jamais, il y a un besoin absolu de coordination internationale entre compas, pour attaquer directement ce cadavre puant qui tente de se relever pour nous emprisonner davantage. La contre-information fait partie intégrante de cette coordination internationale, de façon que celles/ceux qui veulent agir pour la liberté dans ce monde puissent voir des signaux de complicité dans toutes les langues possibles, pour parler le langage unique de l’insurrection et de l’anarchie. Il nous faut une redynamisation du réseau international de contre-information, pour redevenir une fois de plus une menace internationale, après la réaction répressive qui essaie d’isoler les anarchistes les un.e.s des autres, non seulement à travers le monde, mais aussi au niveau local. Le collectif 325 continue à avancer sur ce chemin que nous avons déjà parcouru ; même en ce moment, nous continuons avec nos projets de publication, y compris une nouvelle réimpression du douzième numéro de la revue 325, un nouveau numéro, augmenté, de « Dark Nights » et d’autres projets futurs, au niveau international. Ils ne nous feront pas taire, ils ne nous arrêteront pas et nous aurons notre revanche !

Par rapport au site web, nous ne savons pas encore s’il reviendra ; il est très clair pour nous que s’il est ressuscité sous le nom de « 325 », n’importe où ailleurs en ligne, les autorités le prendront immédiatement pour cible, une fois de plus. Cela signifie aussi que, à l’avenir, nous pourrions mettre en danger tout hébergeur, et mettre en danger de fermeture d’autres projets de contre-information et de mouvement, comme cela s’est produit avec la récente attaque répressive. Qui sait où tout cela va nous mener ? Ce que nous savons, c’est que nous sommes loin de laisser tomber : pas un pas en arrière, face à l’ennemi. Peut-être serait-il mieux de revenir à la traditionnelle presse imprimée, de voir les visages des gens, de parler, de conspirer. Nous ne disons pas que le site ne reviendra jamais, ni qu’il ne se manifestera pas sous la forme d’un nouveau projet, seul le temps nous le dira.

Pour l’instant, nous envoyons notre solidarité absolue aux compas de nostate.net et d’Act For Freedom Now ! ainsi qu’à tous les autres projets de contre-information affectés par cette opération.

RIEN N’EST FINI, LA LUTTE CONTINUE !

Le collectif 325

[Publié le samedi 10 avril 2021 sur Attaque.]





Source: Infokiosques.net