Opération réussie pour les opposants au projet « Rouen Normandie innovation » qui prévoit la déforestation et la bétonisation d’au moins 63 hectares de forêt pour agrandir la zone d’activité commerciale, et pas seulement le campus comme le disent certains journaux.

Environ 300 personnes ont répondu à l’appel lancé dans le cadre de l’action nationale contre la réintoxication du monde. Associations et militants écologistes, gilets jaunes, familles et promeneurs. Pique-nique, ballades naturalistes, pose d’une banderolle imposante : « ici s’arrête la déforestation », discussions, informations et prises de paroles. Des agents du renseignement qui ont un peu trop l’habitude de prendre leurs aises parmi les manifestants pour mieux faire leur sale travail ont été virés au cris de « Cassez-vous ! Cassez-vous ».

Vers 14h30, le rassemblement est parti en manifestation autour du chantier en cours : 3 hectares de forêt déjà rasés pour construire des hotels. Les panneaux qui vantent l’innovation et l’éco-tchnologie ont été redécorés sur la route. Chacun selon sa méthode. Pour certains, peinture à la craie. Tags pour d’autres : « – de Hub, + de forêt », « Plutôt raton-laveur qu’ingénieur » ou encore « éco-techno mon cul ! ».

Arrivés devant le chantier, les manifestants se rassemblent et finissent par investir le chantier quelques temps : « tout le monde déteste le béton », « Nous sommes tous des enfants de la forêt », scandent-ils.

Mais les travaux se poursuivent. Les manifestants repartent plus tard dans le bois menacé alors ques des flics et des baceux menaçants se rassemblent. Portés par l’énergie, les propositions et les actions à venir sont discutées.

Il en faudra beaucoup pour mettre ce projet en échec et stopper la bétonisation pour de bon. Affaire à suivre mais la bataille est lancée.

Dans le même temps se déroulaient une cinquantaine d’opérations similaires sur le territoire. On trouve un compte-rendu et une vidéo ici : https://17juin.noblogs.org/post/2020/06/17/compte-rendu-des-actions-et-revue-de-presse/

Communiqué

## Première grande vague d’actions contre la réintoxication du monde
Plus de 50 blocages, occupations, rassemblements à travers le pays. Bientôt l’acte 2 !

Aujourd’hui s’est matérialisée une grande vague de luttes de terrain contre la réintoxication du monde. Dès 6h du matin, les premiers blocages de sites de productions et chantiers ont commencé. A 20h nous avions déjà reçu des retours sur plus de 50 actions.

Blocages de cimenteries à Toulouse et à Saint Barthélémy d’Anjou (49), d’usine de physanitaires à Marseille, du chantier de la ligne 17 à Bonneuil, occupation de jardins contre la bétonisation à Besançon ou d’un chantier de McDo à Bretenoux , livraison d’un colis géant au Ministère de l’économie à Paris et déploiement de banderoles sur le Pont du Gard contre Amazon, rassemblement et blocage des travaux contre la destruction de la forêt du Madrillet à Rouen, mise hors service de terminaux de paiement dans des stations Total parisiennes ou de multiples publicités à Marseille, déversement de fumier et peinture sur les locaux de Bayer Monsanto à rennes, blocage de l’aéroport de Nantes Atlantique, pique niques contre l’urbanisation d’une zone humide au Carnet ou un chantier de fluidification du trafic dans le Percy, remise du prix Pinocchio par des Vikings à la multinationale Yara et occupation de terres menacées par un projet d’urbanisme à Dijon, mobilisation contre une ferme usine de 178000 poulets dans le Morbihanet pistes cyclables sauvages à Amboise…etc. La liste complète est trouvable 17juin.noblogs.org et les nouvelles continuent d’arriver! Un retour plus détaillé sera envoyé demain.

Toutes ces mobilisations locales dessinent une première cartographie post-confinement de sites de production destructeurs qui doivent s’arrêter, de sites naturels – forêts, zones humides, terres cultivables – qui ne doivent pas être artificialisées, de projets insensés auxquels il faudra les faire renoncer. Nous savons que cela nécessitera de revenir régulièrement sur tous ces lieux, d’en habiter certains, d’en faire muter d’autres, de continuer à se coordonner et de lancer de nouvelles vagues de mobilisations encore plus amples et déterminées.

C’est seulement à cette condition que nous parviendrons peut-être à maintenir des conditions d’existence possibles et désirables pour nous comme pour le reste du vivant, hors du nihilisme marchand. Si nous pouvons être ce soir porté.e.s par un sentiment d’espoir c’est bien parce que cette vague d’action n’est pas isolée mais qu’elle se mêle cette semaine aux mouvements des soignant.e.s et aux grand surgissement maintenant mondial contre le racisme et les violences policières. A bientôt pour l’acte 2 et bravo à toutes celles et ceux qui ont agi aujourd’hui !


Article publié le 18 Juin 2020 sur Rouendanslarue.net